Published: Ven, Avril 12, 2019
Science | By Nathan Jegou

Une nouvelle espèce humaine découverte — Philippines

Une nouvelle espèce humaine découverte — Philippines

Homo luzonensis vivait à Luçon, la plus grande île des Philippines, il y a plus de 50 000 ans. Après la première photo d'un trou noir qui constituait le phénomène exceptionnel de la journée, des scientifiques ont également annoncé avoir découvert une nouvelle espèce humaine sur l'île de Luçon, aux Philippines. Les chercheurs y ont trouvé 13 restes fossilisés, notamment des dents, des phalanges de pied et de main, des fragments de fémur. Celle-ci présente à la fois " des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d'autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens ", explique Florent Détroit, paléoanthropologue au Musée de l'Homme à Paris et principal auteur de l'étude.

L'étude des fossiles, publiée le 11 avril 2019 par la revue "Nature ", met en évidence une mosaïque de caractéristiques morphologiques singulières qui différencient ce nouvel ancêtre, baptisé " Homo luzonensis " des autres espèces du genre Homo. Deux des fossiles analysés ont été datés directement par la méthode des séries de l'uranium et sont âgés respectivement de 50 000 ans et de 67 000 ans. Mais la présence de ces caractères primitifs pose très sérieusement la question de savoir s'il avait l'aptitude à grimper dans les arbres que nous n'avons pas du tout. Pour rappel, le genre Homo, apparu il y a plus de 2,5 millions d'années, se définit par trois caractéristiques: une bipédie permanente, l'augmentation du volume cérébral et l'utilisation d'outils. Entre autres, ces dents ont deux ou trois racines alors que celles d'Homo sapiens en ont généralement une, parfois deux, soulignent les chercheurs. Une chose est certaine, pendant le Quaternaire, l'île de Luçon n'a jamais été accessible à pied.

More news: Un violent incendie s'est déclaré dans un immeuble du XIXe arrondissement — Paris

Cette espèce aurait évolué sous les effets de l'endémisme insulaire, un peu comme Homo floresiensis sur l'île de Flores en Indonésie, dont les restes ont été découverts en 2003. Les dents sont très petites donc ça nous indiquerait que homo luzonensis devait être petit mais on ne sait pas à quel point. La phalange proximale présente une courbure très marquée et des insertions très développées pour les muscles assurant la flexion du pied. Cela signifie que pour arriver sur l'île, l'Homo Luzonensis a dû trouver un moyen de traverser la mer, ce qui constitue encore une énigme pour les scientifiques. Mais ces ossements dataient de 30 000 à 40 000 ans. "L'évolution humaine est beaucoup plus complexe que nous le pensions et il était normal dans le passé de voir coexister plusieurs espèces humaines". Soit au Pléistocène, une période qui commence 2,5 millions d'années avant notre ère, jusqu'à -10 000. La " réapparition " de caractéristiques primitives chez Homo luzonensis pourrait s'expliquer par l'insularité.

Mais, étant donné les similitudes de l'espèce avec Australopithecus, Matthew Tocheri, de l'université Lakehead, à Thunder Bay, au Canada, se demande si les habitants de la grotte de Callao ne descendent pas d'une lignée qui aurait migré hors d'Afrique avant Homo erectus. "C'est une toute nouvelle espèce d'hominidés".

Like this: