Published: Mer, Février 06, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Grand débat: Macron annonce un "grand plan" pour les petites associations

Grand débat: Macron annonce un

Par ce discours, Emmanuel Macron le confirme: les élections européennes seront un référendum sur l'immigration, étant donné que le sujet, pourtant parmi les préoccupations principales des Français et des Européens, a été écarté sciemment par le Gouvernement et les élus, qui veulent passer en force sur le sujet.

C'est peu de dire que le "grand débat national" ne soulève pas l'enthousiasme dans les quartiers populaires où la résignation semble avoir cédé le pas à la colère.

Dans la salle municipale qui réunissait 300 maires, responsables d'associations et citoyens engagés, les intervenants se sont succédés pendant une heure et demie pour protester contre la suppression des contrats aidés, qui a fragilisé les associations, les fusions forcées de communes ou encore le manque persistant de logements, selon la description donnée par l'AFP.

" On va voir si, depuis le plan Borloo balayé d'un revers de la main, la conception de la banlieue par Macron a évolué". Il s'est ainsi dit prêt à envisager des "emplois francs associatifs", sur le modèle des emplois francs pour le secteur privé, un dispositif d'aide aux entreprises qui recrutent des résidents des quartiers défavorisés.

More news: Première défaite en Ligue 1 pour le PSG contre Lyon

A peine évoquée dans la presse française, l'hypothèse d'un référendum à l'issue du "grand débat national", qui aurait lieu le jour des élections européennes, a suscité de vives réactions dans l'opposition, le scepticisme d'une partie de la majorité et une forme de rétropédalage dans les rangs de l'exécutif. Le chef de l'Etat devait ensuite échanger avec environ 300 élus et représentants d'associations franciliens à Evry-Courcouronnes.Pendant une quarantaine de minutes, le chef de l'Etat a dialogué avec ces jeunes et des membres de l'association.

"Les associations de petite taille ont été les parents pauvres de la politique de la ville", a renchéri le secrétaire d'Etat Julien Denormandie, dénonçant les contraintes administratives et disant vouloir accorder aux petites associations des subventions pluriannuelles, une demande récurrente du secteur associatif. "On ne sortira pas de la crise actuelle par un référendum", juge-t-il. "Il faut inventer des mécanismes pour l'accès au crédit, au logement, à la voiture", a-t-il expliqué en abordant le sujet de la précarité. En France, on parle d'Europe une fois tous les 5 ans, cela est suffisamment rare pour être respecté! Sur le terrain, le chef de l'Etat a reçu un accueil mitigé.

Dans son édition du 3 février, le "Journal du dimanche" révèle comment le président de la République envisage la mise en place d'une consultation populaire couplée avec les élections européennes, le 26 mai.

L'hypothèse d'un référendum reste cependant crédible tant la marge de manœuvre du président Macron est mince pour trouver une sortie par le haut à la crise des "gilets jaunes". Jeudi, il ira à la rencontre des jeunes qui ont jusqu'à présent largement boudé ces discussions.

Like this: