Published: Jeu, Janvier 31, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Social: Les trois organisations patronales quittent la négociation sur l'assurance-chômage

Social: Les trois organisations patronales quittent la négociation sur l'assurance-chômage

Faite jeudi dans la Drôme, cette déclaration, en pleine négociation sur l'assurance chômage, a fortement irrité le Medef, la CPME (représentant les PME) et l'U2P (artisans, commerçants, professions libérales).

Ce document de cadrage n'imposait pas une méthode pour répondre à cette question.

"En conséquence, déclare Jean VIENT, la CPME suspend, jusqu'à nouvel ordre, sa participation aux négociations en cours sur l'assurance-chômage ".

Le nombre de CDD de moins d'un mois a été multiplié par 2,5 depuis 20 ans. L'idée est de faire varier la cotisation patronale à l'assurance chômage, actuellement de 4,05%, en fonction du taux de rupture de contrats donnant lieu à inscription à Pôle emploi, promesse présidentielle soutenue par les syndicats.

Le patronat refuse tout neuf le système de bonus-malus que veut instaurer l'exécutif afin d'éviter le recours systématique aux contrats courts dans les entreprises. Le président tient à mettre en place cette mesure, auquel le patronat est opposé.

More news: Finale à double titre entre Osaka et Kvitova

Face aux difficultés des négociations, le gouvernement aurait pu annoncer qu'il reprenait la main plus tôt que prévu ou prendre acte de l'impasse actuelle, les organisations syndicales et patronales s'étant données jusqu'à fin février pour parvenir à un accord.

Pour le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, " le patronat portera la responsabilité de l'échec " de la négociation sur la réforme de l'assurance chômage s'il persiste à refuser tout mécanisme de "bonus-malus". Ils doivent définir un dispositif afin de décourager les contrats de travail très courts, particulièrement coûteux pour le régime.

La semaine dernière, les partenaires sociaux avaient confronté une nouvelle fois leur désaccord sur ce dossier de la régulation des contrats courts par un bonus-malus. Certaines propositions ont été jugées floues, d'autres provocantes par les syndicats.

Pour rappel, depuis novembre 2018, les partenaires sociaux travaillent sur des solutions pour l'assurance-chômage, à la demande du gouvernement.

De son côté, Michel Beaugas, le négociateur pour Force ouvrière, a estimé que le patronat prenait " en otages des millions de demandeurs d'emplois sur une position dogmatique ".

Like this: