Published: Dim, Janvier 13, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Près de 5000 "gilets jaunes" manifestent à Bourges

Près de 5000

Des rassemblements auront aussi lieu dans d'autres villes de France, notamment Nantes, Bordeaux.

Mais, comme souvent du côté des gilets jaunes, les avis sont loin d'être unanimes et l'organisation ne semble pas être à la hauteur des espoirs de mobilisation de certains leaders qui sont eux-même divisés sur le modus operandi de cet Acte IX. Il s'agit, selon Priscillia Ludosky, l'une des figures historiques des Gilets jaunes qui s'est exprimée vendredi soir sur "Vécu, le média du Gilet jaune", de "démontrer notre unité au centre de la France", en plus de son homophonie avec les "bourgeois" dont s'amusent certains. Alors que le coup d'envoi du grand débat national sera donné le 15 janvier par le président de la République, les "gilets jaunes" ont prévu un acte IX, partout en France, samedi 12 janvier, afin de poursuivre le mouvement et afficher leur opposition au gouvernement.

Où se passent les manifestations?

Le niveau de mobilisation des forces de l'ordre a retrouvé son niveau de la mi-décembre avec 80.000 membres des forces de l'ordre déployés, dont 5.000 à Paris. "C'est un mouvement qui a le mérite d'exister", ajoute un autre "gilet jaune".

Pour le neuvième samedi depuis le 17 novembre, les "gilets jaunes" ont prévu de se rassembler, sans doute à Paris et à Bourges, et les autorités redoutent de nouvelles violences après celles qui ont notamment éclaté samedi dernier. "Nous pensons que la mobilisation sera plus forte que samedi dernier d'une part et que le comportement au sein des groupes qui seront présents sera marqué par plus de radicalité, plus de tentations de violences", a-t-il déclaré sur CNews. Le point sur la mobilisation. Que fera la frange "pacifique" des Gilets jaunes? Dans l'après-midi, la manifestation à Paris était le théâtre de heurts, jets de projectiles contre tirs de grenades lacrymogènes dans le secteur des Champs-Élysées et autour de l'Arc de Triomphe. À Paris, au moins 100 personnes ont été interpellées et 74 ont été placées en garde-à-vue.

More news: Kim Jong-Un chez Xi Jinping une nouvelle fois — Chine

Vers midi, le cortège venu de Bercy s'est arrêté sur la place de la Bastille, les manifestants criant " Macron démission ", sifflant ou tapant sur des barrières de chantier.

C'est place Jean Jaurès que les Gilets jaunes se sont rassemblés vers 14h.

Mais, à l'image des autres semaines, la fin de la journée a été marquée par des affrontements avec les forces de l'ordre place Pey-Berland, qui avait été bouclée par un important dispositif de sécurité comprenant des blindés et des canons à eau. A 18 h 30, une seule personne avait été arrêtée en marge des heurts, pour avoir tenté de frapper un CRS selon le procureur, qui précise: "Jusqu'à la nuit tombée, les forces de l'ordre se sont concentrées sur le maintien de l'ordre et éviter les dégâts en ville ". La ville a la particularité de se trouver au centre du pays, à égale distance ou presque des grandes villes mobilisées.

Une situation délicate à gérer pour les forces de l'ordre qui doivent se préparer à une menace protéiforme et à un regain de contestation. À Rouen, la manifestation réunissant 2 500 personnes a été émaillée de tirs de gaz lacrymogènes en début de manifestation. Ils manifestent ce samedi à Loches.

Like this: