Published: Jeu, Janvier 03, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Smic, retraites, énergie... tout ce qui change au 1er janvier

Smic, retraites, énergie... tout ce qui change au 1er janvier

D'autres "mesures d'urgence", votées auparavant, les accompagneront. Retour sur ce qui va changer pour la nouvelle année.

Augmentation du SMIC : le SMIC est revalorisé de 1,5% brut, à 10,03 € de l'heure.

À compter du 1 janvier 2019, le compte personnel de formation (CPF) ne sera plus crédité en heures mais en euros.

Seules certaines marques sont concernées par cette nouvelle augmentation, selon le décret ministériel publié le 20 décembre dernier. Pour passer de 3,6 à 5,6 millions de personnes.

Autre annonce du président: les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu jusqu'à 5.000 euros nets par an.

Le montant maximum du minimum vieillesse atteint désormais 868,20 euros par mois pour une personne seule (et 1.347,88 euros par mois pour un couple). Pour réaliser un peu plus de 3 milliards d'euros d'économies en 2019, le gouvernement a prévu un quasi-gel des pensions (+0,3 % très exactement). Cette sous-indexation concerne aussi certains régimes complémentaires (travailleurs indépendants, salariés du BTP, contractuels de la fonction publique), ainsi que les pensions d'invalidité et les prestations pour accident du travail ou maladie professionnelle. Ils seront incités à travailler plus longtemps, jusqu'à 63 ans au moins, via le nouveau système "bonus-malus". À noter aussi que la CSG baissera pour 5 millions de retraités. Elle concerne les contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 27.000 euros (43.000 euros pour un couple), sachant que le seuil est relevé de 6.000 euros par enfant. Ce coup de pouce supplémentaire bénéficie aussi aux personnes touchant 0,8 Smic ou 1,4 à 1,5 Smic mais dans des proportions moindres.

Le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés du gaz vont baisser de 1,9% en moyenne. Le versement par les CAF se fera à partir du 5 février. Si vous êtes salarié ou retraité, l'impôt sera alors collecté par votre employeur ou votre caisse de retraite. Quant aux salariés indépendants, ils verseront un acompte mensuel ou trimestriel, calculé en fonction des revenus des mois précédents, puis ajustés selon les revenus effectifs. Une conséquence collatérale qui permettra aux ménages de ne pas être imposés deux fois la même année.

More news: En attendant Geralt, voilà un crossover avec Assassin's Creed

Tout à ses mesures en faveur du pouvoir d'achat, le gouvernement va devoir faire avec une hausse de prélèvements dont il n'est pas à l'origine. La mesure devrait être plus perceptible en 2019, avec une nouvelle baisse de 30%, avant la suppression totale en 2020. Un travailleur à temps complet reçoit désormais sur son compte 500 euros par an, dans la limite de 5 000 euros (accumulés au bout de 10 ans). Les heures déjà acquises au 31 décembre 2018 seront converties au taux de 15€.

La réforme de l'apprentissage sera également mise en place.

Le prix de vente des prothèses auditives sera plafonné à 1 300 euros. Le remboursement minimum par la Sécurité sociale et les mutuelles passera, lui, de 199,71 à 300 euros. Pour les enfants jusqu'à 20 ans révolus, ces deux montants seront alignés à 1400 euros.

Pour les fumeurs, le forfait d'aide au sevrage tabagique, qui atteignait 150 euros, sera supprimé dans le but d'inciter à l'usage des traitements remboursables. La "participation forfaitaire " Dans le domaine de la santé, la "participation forfaitaire", non remboursée par l'Assurance maladie, passera de 18 à 24 euros pour certains actes médicaux coûteux (120 euros et plus).

Les produits phytopharmaceutiques de synthèse chimique seront maintenant interdits pour les utilisateurs non professionnels. Les produits pourront même être récupérés pour retraitement par les filières de recyclage spécialisées.

L'Aspa (allocation de solidarité aux personnes âgés) va être revalorisée de 35 euros le 1er janvier 2019.

En revanche, les hausses de prix prévues sont finalement annulées à savoir la hausse de la taxe sur les carburants et le durcissement du contrôle technique. L'achat d'un véhicule essence ou diesel parmi les moins polluants, qu'il soit neuf ou d'occasion permet en 2019 de bénéficier d'une prime à la conversion de 4 000 euros au lieu de 2 000 euros en 2018 pour les non-imposables. Le malus pour les voitures polluantes sera également durci.

Like this: