Published: Lun, Décembre 24, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Le mystère reste complet, la police mobilisée — Drones à Gatwick

Le mystère reste complet, la police mobilisée — Drones à Gatwick

LONDRES | La police britannique recherchait activement dimanche les responsables des mystérieux vols de drones ayant créé la pagaille à l'aéroport londonien de Gatwick peu avant Noël, après avoir libéré sans inculpation un homme et une femme initialement suspectés. L'aéroport de Gatwick, au Royaume-Uni, a finalement rouvert partiellement ses portes après deux jours d'intenses perturbations dues à des survols de drones. Il avait rouvert brièvement durant trois quarts d'heure dans la nuit avant de fermer à nouveau à 3h45 à la suite de nouveaux signalements d'un survol de drones près de l'aéroport, le dernier en date dans la matinée. "Mais la police nous dit qu'il serait dangereux de vouloir abattre le drone en raison du risque de balles perdues", a-t-il précisé.

L'armée a notamment mis à disposition des technologies de pointe pour traquer les engins tandis que la police du Sussex a indiqué que la présence des forces de l'ordre a "considérablement augmenté" sur place.

Les engins avaient ensuite été aperçus une cinquantaine de fois en 24 heures, jouant au chat et à la souris avec la police.

"La police du Sussex, comté au sud de Londres où se trouve l'aéroport, a également qualifié l'incident d'" acte délibéré ", tout en assurant qu'il n'y avait " aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme ".

L'aéroport a précisé toutefois que des retards et annulations restaient possibles, consécutifs aux fortes perturbations des jours précédents.

"Vers 22 heures, nous avons procédé à deux arrestations reliées aux activités criminelles de survol de drones à l'aéroport de Gatwick".

More news: Pluie d'étoiles filantes et pleine lune, un phénomène exceptionnel — Solstice d'hiver

Face au chaos à Gatwick, le gouvernement s'est vu reprocher de ne pas en avoir fait assez pour protéger les aéroports.

"Il existe aujourd'hui une série de mesures qui devraient donner aux passagers l'assurance de pouvoir voler en toute sécurité", a déclaré à la BBC le ministre des Transports, Grayling.

Renforcée cette année, la législation interdit leur utilisation à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 m).

Pour obtenir cette récompense, ceux qui croient détenir des informations pouvant conduire à l'arrestation et la condamnation des responsables doivent s'adresser à l'organisation à but non lucratif CrimeStoppers qui contactera l'administration de l'aéroport, tout en respectant leur anonymat, d'après la police.

Avec des avions cloués au sol, les voyageurs ont dû prendre leur mal en patience, dormant parfois à même le sol dans l'aéroport. Des appareils ont été détournés vers d'autres villes du Royaume-Uni, voire à Paris et à Amsterdam. "Nous ne savons pas quand nous pourrons décoller parce qu'on ne nous a pas promis d'autre vol (.), aucune compensation, rien du tout", a déploré le Londonien Mike, qui devait se rendre au Ghana. "Je travaille juste derrière, dans l'automobile, alors j'envisage tout simplement d'appeler mon chef et lui dire: +Puis-je emprunter une voiture?"

La dernière observation de drones est survenue après que la police britannique et les responsables des transports eurent déclaré que des mesures supplémentaires avaient été mises en place pour empêcher les drones de s'introduire dans l'aéroport, qui dessert 43 millions de passagers par année.

Like this: