Published: Jeu, Décembre 20, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Facebook a permis l'accès aux conversations privées

Facebook a permis l'accès aux conversations privées

Mardi soir, le quotidien américain a en effet rapporté que, pendant des années, Facebook "a donné à certaines des plus grandes sociétés de technologie du monde un accès plus intrusif aux données personnelles des utilisateurs qu'elle ne l'a révélé, exemptant ainsi ces partenaires commerciaux de ses règles de confidentialité habituelles ". Au total, plus de 150 groupes ont bénéficié de ces "exceptions de confidentialité".

A quoi ont servi ces données?

Le moteur de recherche Bing, de Microsoft, avait par exemple accès à la liste complète de vos amis.

Pour sa part, Amazon a obtenu des noms et des adresses emails d'utilisateurs Facebook, et dit les avoir utilisés de manière " appropriée ". Il y a deux semaines, des documents internes dévoilés par le Parlement britannique venaient donner un coup de projecteur sur les arrière-cuisines du géant de Menlo Park, et en particulier sur sa politique - à géométrie variable, mais particulièrement généreuse pour une série de partenaires triés sur le volet - d'accès aux données personnelles de ses utilisateurs. Quant à Apple, la marque avait la main sur les contacts et l'agenda Facebook de ses clients (même si ces derniers avaient désactivé l'option). En 2017, tant Spotify que Netflix ou la Banque royale du Canada pouvaient accéder aux messages privés, alors même que seul le premier permettait encore le partage de contenus (de musique, en l'occurrence) via Messenger. Si ce ne sont pas des développeurs tiers qui abusent de leur accès aux données de Facebook, ce sont des bogues qui exposent les données des utilisateurs. Netflix et Spotify ont plaidé qu'ils n'avaient jamais été au fait de ce privilège, quant à la Banque royale du Canada, elle a contesté avoir jamais eu un tel accès. Le réseau social affirme cependant que ses utilisateurs avaient "dû au préalable explicitement donner leur accord sur Facebook". "Aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n'a permis à des entreprises d'accéder à des informations sans la permission des utilisateurs, ou n'a violé notre accord de 2012 avec la FTC [Commission fédérale du commerce, ndlr]", affirme ce dernier. Ces révélations basées sur des documents internes et entretiens avec d'anciens employés mettent à nu les pratiques du gigantesque réseau social en matière de partage d'information.

More news: L'US Orléans ne verra pas Neymar en Coupe de la Ligue — PSG

Une confiance à rebâtirCe nouveau scandale intervient cinq jours après que Facebook a concédé avoir autorisé l'accès à des applications tierces à toutes les photos et vidéo de plus de 6,8 millions d'utilisateurs, même celles qui n'étaient pas publiques.

Selon cette enquête, Amazon a de son côté pu obtenir des noms et des contacts via des amis, et Yahoo a pu visionner les données publiées sur les pages Facebook. "Des porte-parole ont déclaré que Spotify et Netflix n'étaient pas au courant des vastes pouvoirs que leur avait octroyés Facebook", écrit ainsi le New York Times.

Like this: