Published: Sam, Décembre 15, 2018
International | By Marie-Louise Baume

L'UE va intensifier ses préparatifs en cas d'un Brexit "no deal"

L'UE va intensifier ses préparatifs en cas d'un Brexit

"J'ai eu une discussion musclée", a confirmé la Première ministre devant la presse.

Cependant, les propositions de Theresa May ont été franchement rejetées. Dans un sens, ses nouvelles discussions prévues à Bruxelles montrent que la première ministre s'inscrit dans une tradition toute britannique, celle d'obtenir encore et toujours des exceptions au sein de l'UE: sur l'euro, l'espace Schengen, le budget.

Peu avant ce vote, qui doit s'achever à 20H00 GMT, la dirigeante a annoncé, selon un député, qu'elle projetait de quitter ses fonctions avant les prochaines élections législatives de 2022.

La manière dont elle a évité ce nouvel obstacle, perdant des plumes pour continuer à avancer, est symbolique.

Les "Brexiters" conservateurs, comme leurs alliés nord-irlandais du petit parti unioniste DUP, contestent en particulier le "backstop".

"Nous allons entendre de la bouche (de Mme May) quelles sont ses idées", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, mais "je pense que l'accord de retrait a été très bien négocié", a-t-elle ajouté. Elle leur a notamment suggéré, selon une source diplomatique, qu'ils s'engagent à conclure un vaste accord commercial rapidement après la fin de la période de transition post-Brexit en décembre 2020.

Après trois heures de discussions, ils ont adopté un texte concédant quelques maigres assurances à Theresa May sur la frontière irlandaise (filet de sécurité) pour qu'elle puisse affronter son parlement des plus hostile à l'accord sur le Brexit.

More news: Que prévoit le Pacte mondial sur les Migrations?

En contraste avec la norme des deux années passées, durant lesquelles les déclarations de Theresa May devant ses homologues ne provoquaient pas de réactions, la Première ministre britannique a été assaillie de questions pendant près d'une heure afin qu'elle exprime plus clairement ses objectifs. Mais une bonne partie de ses collègues (plus d'un tiers) a voté contre elle, laissant présager des difficultés persistantes avec son parlement où un vote va être organisé sur l'accord de retrait en janvier, avant le 21.

Depuis plusieurs jours, les dirigeants de l'UE martèlent qu'ils n'accepteront pas de renégocier l'accord de Brexit, tout juste sont-ils prêts à "aider" Theresa May à convaincre son Parlement. "La marge est extrêmement étroite, ce sera un exercice de communication", a confié mercredi un haut diplomate d'un Etat membre.

Les clarifications exigées par Mme May concernent le "backstop", cette solution imaginée dans l'accord de divorce pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, qui mettrait en péril les accords de paix sur l'île.

Ce "filet de sécurité" au coeur des inquiétudes britanniques prévoit la création d'un "territoire douanier unique" englobant l'UE et le Royaume-Uni après la transition post-Brexit.

" Je ne m'attends pas à une percée immédiate, mais ce que j'espère, c'est que nous pourrons commencer à travailler aussi rapidement que possible sur les assurances nécessaires", a-t-elle expliqué avant d'entamer le sommet.

Theresa May has lost her majority in Parliament, her Government is in chaos and she's unable to deliver a Brexit deal that works for the country and puts jobs and the economy first. Le gouvernement de Theresa May reste sous la menace du dépôt d'une motion de censure par le Parti travailliste, la principale formation d'opposition, avec le soutien des indépendantistes écossais du SNP.

Sebastian Kurz, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a ajouté que la balle était désormais dans le camp des Britanniques.

Like this: