Published: Sam, Décembre 01, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Fourgon de police incendié, pavés déscellés: "scènes de guerre" à Bruxelles (vidéos)

Fourgon de police incendié, pavés déscellés:

Il a été libéré trente minutes après avoir eu les "poignets liés", a-t-il expliqué sur Twitter vendredi après-midi. nullnullnull Rémy Buisine @RemyBuisine #JOURNALISTE arrêté Manu militari en plein live pour @brutofficiel pendant la manifestation #GiletsJaunes à #Bruxelles nullnullnullALERTE GÉNÉRALE pic.twitter.com/RXkfOSMvyr- Sam Smith (@SamSmithJRI) 30 novembre 2018Selon l'AFP, la manifestation n'a cependant rassemblé que 300 personnes environ, 500 d'après le journal belge "Le soir ". "Le peuple c'est nous, Charles Michel, t'es fini", scandaient certains manifestants à l'adresse du Premier ministre libéral.

Parmi les trois personnes arrêtées judiciairement, l'une est suspectée d'avoir commis des faits de port d'arme et une autre est suspectée de dégradations volontaires.

Plusieurs tunnels bruxellois du centre ont été fermés à la circulation en raison de la manifestation des "gilets jaunes". Ilse Van de keere ajoute qu'un mineur arrêté fait aussi l'objet d'une procédure judiciaire. De violents affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. Les perturbations sur la Petite Ceinture et dans le Quartier Européen sont terminées, selon Bruxelles Mobilité. La situation est toutefois revenue à la normale vers 16h30. En milieu de journée, après environ trois heures de défilé, la police a dû faire usage de canons à eau pour disperser des manifestants qui lançaient des projectiles. Les suspects en cause pour cet incident n'ont pas encore été identifiés.

More news: Sadio Mané dévoile son club préféré en France — Liverpool

"Il filmait des policiers qui avaient encerclé les manifestants (.)". "C'est un carnage. Je suis d'accord avec les casseurs, car c'est la police qui a commencé". Un véhicule de police a été renversé sur son flanc, un deuxième a été incendié. "(.) Ils se permettent de gazer des femmes et des enfants, alors que ce sont les citoyens qui les paient". "P as d'impunité pour les violences inadmissibles à Bruxelles".

Le Premier ministre Charles Michel, et le ministre de l'Intérieur, le nationaliste flamand Jan Jambon, ont dénoncé sur Twitter les violences à l'égard de la police, imputées à des "casseurs". "Toute personne continuant de manifester est susceptible d'être arrêtée", a affirmé le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS). L'organisateur avait cependant retiré et annulé sa demande.

Il s'agit de la première manifestation appelée à Bruxelles, via les réseaux sociaux, sans meneur revendiqué.

Like this: