Published: Ven, Octobre 19, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Le fil des événements — Journaliste saoudien disparu

Le fil des événements — Journaliste saoudien disparu

L'article a été reçu des mains de l'assistant et traducteur du journaliste saoudien, au lendemain du signalement de sa disparition.

Il a eu une carrière riche en rebondissements qui l'a fait évoluer en 35 ans entre l'islam politique des Frères musulmans, les médias saoudiens, les cercles dirigeants à Ryad et les plus grands titres de la presse internationale, dont le Washington Post. Ryad est soupçonné de l'y avoir fait assassiner, mais les autorités saoudiennes démentent. Les enquêteurs sont également retournés au consulat saoudien d'Istanbul. Un véritable coup dur pour l'Arabie Saoudite et le prince héritier Mohammed Ben Salmane qui espéraient utiliser cette rencontre afin de montrer aux yeux du monde entier les conséquences sur l'économie des nombreuses réformes entamées par le gouvernement. Conclusion commune pour le New-York Times et le Washington Post pour lequel travaillait Jamal Khashoggi, la thèse de l'interrogatoire qui a mal tourné ne tient pas une seconde. Maher Abdulaziz Mutreb a notamment accompagné le prince lors de déplacements aux Etats-Unis en mars 2018 ainsi qu'à Madrid et à Paris en avril 2018.

Le président turc réclame de nouveau des images de surveillance prouvant que le journaliste a quitté le consulat, alors que les Saoudiens affirment que leurs caméras ne fonctionnaient pas ce jour-là. Des récits effroyables de torture sur fond de musique, de décapitation et de démembrement ont été relayés par la presse turque. Ces derniers jours, il avait opté pour une posture moins tranchée et avait mis en avant les énormes intérêts stratégiques liant son pays au royaume sunnite, citant la lutte contre le terrorisme, la nécessité de contrer l'influence de l'Iran chiite mais aussi les contrats d'armement et leurs retombées économiques. "J'ai dit au président Trump que nous devrions leur donner quelques jours de plus pour finir (leur enquête), afin que nous ayons, nous aussi, une connaissance complète des faits". Mais depuis l'annonce de l'assassinat de Khashoggi, plusieurs personnalités ont annoncé leur refus de se rendre à la conférence. "Faites ça dehors, vous allez m'attirer des problèmes", aurait-il dit.

Alors que la communauté internationale est indignée par cet assassinat, la position des États-Unis, premier partenaire et protecteur de la famille royale saoudienne, manque de clarté et de cohérence.

More news: Haute-Savoie: un chasseur tire sur un cycliste et le tue

Il avait aussi critiqué l'implication saoudienne dans la guerre au Yémen ainsi que l'embargo imposé au Qatar voisin, accusé par Ryad de soutenir les Frères musulmans et d'entretenir des liens avec l'Iran.

Le journal a rapporté que la clinique mobile avait été conçue en partie par Tubaigy et pouvait être utilisée dans " des cas de sécurité nécessitant l'intervention d'un pathologiste pour effectuer une autopsie ou examiner un corps sur le lieu du crime ". "Oui", a déclaré Trump à la chaîne de télévision CBS, le jeudi 11 octobre.

Côté néerlandais, le ministre des Affaires étrangères, Stef Blok, a souligné sur Twitter que la disparition de M. Kashoggi était "une affaire très grave", à laquelle l'Arabie saoudite n'avait "pas encore été en mesure de fournir une clarification".

Like this: