Published: Sam, Septembre 29, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Le Canada retire sa citoyenneté d'honneur à Aung San Suu Kyi

Le Canada retire sa citoyenneté d'honneur à Aung San Suu Kyi

A l'unanimité, jeudi 27 septembre, les députés canadiens ont voté une motion révoquant la nationalité canadienne honorifique accordée à la dirigeante birmane.

Aung San Suu Kyi était la quatrième personne de l'histoire canadienne à recevoir une citoyenneté honoraire au pays. Cette nouvelle mesure sensée lui retirer la nationalité est selon les autorités canadiennes, une complication des procédures, mais qui devrait néanmoins aboutir.

Le Canada a effectué un geste pour dénoncer les agissements du gouvernement birman à l'encontre des Rohingyas. Depuis, la lauréate du prix Nobel de la paix a accédé au pouvoir en Birmanie et est sous le feu des critiques pour son refus de dénoncer les crimes commis par la junte militaire contre la minorité musulmane des Rohingyas. "La motion intervient une semaine après que la Chambre des communes a reconnu les crimes contre les Rohingyas comme étant un génocide", rapporte The Globe and Mail.

More news: Donald Trump à l'ONU: le patriotisme plutôt que le mondialisme

La réputation internationale d'Aung San Suu Kyi a été ternie par son refus d'appeler l'armée birmane à mettre fin aux atrocités commises contre les Rohingyas. De son côté, l'attaché de presse de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, cité par Le Devoir, a affirmé que le gouvernement avait "appuyé cette motion en réponse au refus persistant d'Aung San Suu Kyi de dénoncer le génocide des Rohingyas".

Les Rohingyas sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste.

En mai, Ottawa a promis une aide supplémentaire de 300 millions de dollars canadiens (200 millions d'euros) sur trois ans pour améliorer les conditions de vie des Rohingyas dans les camps du Bangladesh, venir en aide à ce pays et à d'autres minorités ethniques en Birmanie.

Like this: