Published: Sam, Septembre 29, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Deuxième édition du "One Planet Summit"

Deuxième édition du

Le président français voulait faire de ce "One Planet Summit", organisé avec la Banque mondiale et l'ONU, un rendez-vous de mobilisation annuel, après la première édition qui avait rassemblé une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement à Paris en décembre dernier.

Des dirigeants mondiaux se sont réunis mercredi une nouvelle fois, à l'invitation d'Emmanuel Macron, pour un sommet sur le climat à New York afin de faire le point sur les promesses et tenter de ranimer l'accord de Paris de 2015, face à la passivité de nombreux Etats.

Le Président de la république va recevoir le titre de " champion de la terre " par les Nations-Unies.

'Nous ne sommes pas là seulement pour parler, mais pour rendre des comptes', a dit Emmanuel Macron pour la seconde édition du 'One Planet Summit', qui se tenait à l'hôtel Plaza de New York, en même temps que l'Assemblée générale de l'ONU.

La France en retard "Ce qui est très difficile, c'est de suivre les engagements qui sont pris. Il faut réaffecter un tiers de la finance mondiale vers de nouvelles actions climatiques ". Avec son titre de "champion de la terre", le président français s'impose comme le "1er opposant climatique à Donald Trump".

Un club de 23 banques de développement a annoncé qu'elles consacreraient désormais le quart de leurs dons à des projets climatiques, soit 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros).

More news: La France accueillera 18 des 58 migrants — Aquarius

De nouvelles initiatives ont été dévoilées mercredi lors de ce sommet d'une journée, telles que la mise en place d'un fonds d'investissement - le Climate Finance Partnership - dans des secteurs comme les énergies renouvelables ou les transports pauvres en carbone.

Démission de Nicolas Hulot, réquisitoire de l'ex-ministre de la transition écologique, refus d'inscrire l'interdiction du glyphosate dans la loi, recul sur la fermeture de centrales nucléaires, augmentation d'émissions de CO2, ce titre de Champion de la Terre, c'est comme si on récompensait les restaurants KFC de trois étoiles au Michelin, une certaine vision de la gastronomie.

Donald Trump en a annoncé, en juin 2017, le retrait des Etats-Unis (effectif en novembre 2020), et a de facto déjà abandonné les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par son prédécesseur, en annulant ou engageant l'annulation de pas moins de 76 lois ou réglementations environnementales, selon le décompte de chercheurs d'Harvard. Sur Europe 1, Jean-François Juliard de Greenpeace France a affirmé que ce titre était " plus une blague qu'une récompense sérieuse.

Sur le plan international, Emmanuel Macron est donc affublé de l'image de ' président vert ', se souciant de l'écologie et œuvrant pour le climat.

L'ensemble des pays de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques sera alors représenté. Lors de son discours, Donald Trump a été copieusement moqué par les 130 chefs d'États et de gouvernements venus du monde entier.

Like this: