Published: Dim, Septembre 09, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Gros plan social en vue dans le parti de Marine Le Pen

Gros plan social en vue dans le parti de Marine Le Pen

Considéré comme la cheville ouvrière de la gestion des contrats d'assistants pour le FN, Charles Van Houtte est le premier protagoniste à être mis en examen pour "complicité de détournements de fonds publics", un délit plus grave, passible d'un million d'euros d'amende et 10 ans d'emprisonnement.

Selon des sources proches du dossier, l'ensemble des mises en examen du dossier doivent faire l'objet d'une requalification générale en raison d'un récent arrêt de la Cour de la Cassation qui a validé la possibilité de poursuivre des parlementaires pour "détournements de fonds publics". Ces requalifications seront notifiées lors de nouvelles convocations.

En septembre 2017, Charles Van Houtte avait livré un témoignage embarrassant pour la défense du Rassemblement national dans lequel cet ancien assistant parlementaire de Marine Le Pen affirmait agir sur ses "instructions" et confirmait l'existence de contrats fictifs, que contestent les dirigeants frontistes. Selon les informations du Parisien, le Rassemblement national est contraint de fermer un tiers de ses 100 permanences électorales en régions. L'occasion pour elle de dénoncer la volonté des juges de perturber sa campagne pour les élections européennes. Avec les juges "le pire est toujours sûr", a seulement ajouté la présidente du RN. "Je vais leur répondre", a-t-elle affirmé, interrogée par l'AFP. "Elle a ensuite précisé qu'elle se rendrait à la convocation des magistrats, mais sans dire si elle répondrait aux questions des juges ou si elle se contenterait d'une simple déclaration comme lors de sa mise en examen en juin 2017".

Quand les juges ont gelé le versement de deux millions d'aide publique au RN, dans le cadre de cette affaire, " ils ont dit à la face du monde qu'ils n'instruisaient pas à charge et à décharge, mais exclusivement à charge", a-t-elle déploré.

More news: "C'est une guerre à sens unique" — Yann Barthès

Un nouveau personnage vient d'être mis en examen à Paris pour complicité d'abus de confiance au préjudice du Parlement Européen.

Jusqu'à début juillet, quatorze autres mises en examen avaient été déjà ordonnées par la magistrate et son collègue Renaud Van Ruymbeke, co-saisis depuis décembre 2016 d'une information judiciaire ouverte pour "abus de confiance" et "escroquerie en bande organisée".

Les juges enquêtent un possible "système" pour rémunérer comme assistants d'eurodéputés, avec des fonds de l'Union européenne, des personnes qui travaillaient en réalité pour le parti. Si la saisie est maintenue, le parti continuera ses appels aux dons " jusqu'au versement de la deuxième partie de la subvention " publique en novembre, a-t-elle précisé.

Déjà en campagne pour les élections européennes dans plusieurs pays de l'UE, Emmanuel Macron retrouvait aujourd'hui à Marseille Angela Merkel pour consolider son "arc progressiste" face aux nationalistes antimigrants qui progressent en Europe et jusqu'au coeur du gouvernement allemand.

Like this: