Published: Sam, Septembre 01, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Google répond aux accusations de Donald Trump

Google répond aux accusations de Donald Trump

Interrogé sur ses tweets plus tard mardi dans le bureau ovale, Trump a réitéré ses accusations à l'encontre du géant californien.

"Les géants des réseaux sociaux réduisent au silence des millions de gens". "Après avoir tapé " Trump News " sur Google, il a affirmé que 96 % des résultats de sa recherche venaient de " médias nationaux de gauche, très dangereux " et que le moteur de recherche cachait les " bonnes informations ", provenant des " bons médias conservateurs/républicains ".

Le président Américain, Donald Trump, a taxé Google, Twitter et Facebook d'impartialité dans des tweets publiés ce mardi 28 août 2018. Dans un communiqué, Google affirme ne pas favoriser les résultats de recherche à des fins politiques. En d'autres termes, ils MANIPULENT [les résultats], que ce soit pour moi ou pour d'autres, de telle sorte que presque toutes les actualités sont MAUVAISES.

Donald Trump continue d'accuser Google de ne pas être impartial.

"C'est un problème très sérieux parce qu'ils essaient vraiment de réduire sous silence une très grande partie de ce pays, et ces gens ne veulent pas être réduits au silence". "Nous travaillons continuellement pour améliorer la recherche et nous ne classons jamais les résultats de recherche pour manipuler les sentiments politiques ", a conclu Google. "Google et d'autres réseaux sociaux répriment les voix conservatrices et dissimulent les vraies infos". Ils contrôlent ce que nous pouvons voir ou pas. Ce chiffre cité par le président provient d'un blog américain conservateur qui a classifié quasiment tous les médias grand public de "gauche", sauf quatre d'entre eux (Fox News, the Wall Street Journal, the Economist, et DailyMail), précise le Guardian.

More news: Tribune CS - Marseille / Rennes : 2-2

"Chaque année, nous apportons des centaines d'améliorations à nos algorithmes pour nous assurer qu'ils offrent un contenu de haute qualité en réponse aux requêtes des utilisateurs".

Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a déclaré par la suite à la presse, sans donner de plus amples précisions, que la Maison blanche allait mener "certaine forme d'enquête et d'analyse".

"La régulation gouvernementale de rectifier les résultats des moteurs de recherche est un danger, selon le Centre pour la démocratie et la technologie".

Les trois géants de l'internet, déjà auditionnés par le Congrès américain l'an dernier, ont de nouveau été convoqués devant les élus le 5 septembre prochain, pour y discuter de censure et d'interférence dans les élections.

Like this: