Published: Ven, Août 17, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Un président de bureau de vote tué — Présidentielle au Mali

Un président de bureau de vote tué — Présidentielle au Mali

Six membres de l'équipe de communication du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle au Mali, Soumaïla Cissé, dont quatre Français, ont été interpellés et placés en garde à vue dimanche, en plein second tour, a-t-on appris lundi de sources concordantes. Au terme du scrutin, le président sortant IBK a obtenu 280 voix alors que son challenger, Soumaila Cissé, chef de file de l'opposition a eu 260 voix.

L'Alliance Ensemble pour le Mali "s'insurge contre les allégations de fraudes qui sont proférées par certains dans l'objectif de discréditer un processus électoral pourtant jugé transparent par tous", a poursuivi le directeur de campagne de IBK, qui a appelé ses partisans à ne pas répondre à la provocation, mais de rester vigilant (parce que), "le gouvernement malien a porté plainte contre x, pour soustraction et utilisation frauduleuse de bulletins de vote".

"Il est des manoeuvres dont nous savons qu'elles sont à l'oeuvre pour faire croire que nous serions dans une logique de fraude", a répliqué Ibrahim Boubacar Keïta après avoir voté.

Le président sortant et favori Ibrahim Boubacar Keïta et l'opposant Soumaïla Cissé s'affrontaient dimanche dans le cadre du deuxième tour de l'élection présidentielle.

Le camp de l'opposant est accusé d'avoir projeté de réaliser des "vidéos de propagande" accusant le camp adverse de bourrage des urnes, donc de fraude.

La "mobilisation massive", appelée par M. Cissé, est peu probable, la participation n'ayant été que de 42,70% au tour précédent.

More news: Un jeune homme du Vaucluse victime de l'effondrement du viaduc — Gènes

Le vainqueur entrera en fonctions le 4 septembre avec la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 avec l'ex-rébellion à dominante touareg, dans ce vaste pays du Sahel toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d'interventions militaires internationales.

Les opérations de dépouillement ont débuté dès la fermeture des bureaux et le gouvernement doit désormais compiler les résultats provenant des quelque 23.000 bureaux de vote répartis dans cet immense pays du Sahel.

Des journalistes de l'AFP ont pu constater que dans au moins six bureaux de vote de Bamako, les procès-verbaux électoraux avaient été préremplis et signés avant même la fin du vote.

Ibrahim Boubacar Keïta, plus connu de ses compatriotes sous le surnom d'IBK est un vieux routard de la politique malienne. Mais le Mali est redevenu le premier producteur de coton africain et son économie enregistre un taux de croissance supérieur à 5% depuis plusieurs années.

Avec ses 41,70% des suffrages récoltés au premier tour le 29 juillet, M. Keïta disposait d'une confortable avance sur Soumaïla Cissé, qui n'avait été crédité que de 17,78% des voix et n'a pas su réunir l'opposition derrière sa bannière.

"Le vote s'est globalement déroulé dans le calme, en dépit d'incidents relatifs à la sécurité dans le centre et le nord", a déclaré la chef de la mission, l'eurodéputée italienne Cécile Kyenge.

Like this: