Published: Sam, Juillet 28, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

Deux nouvelles plaintes pour violences ciblent Alexandre Benalla et Vincent Crase

Deux nouvelles plaintes pour violences ciblent Alexandre Benalla et Vincent Crase

Ancien membre du cabinet du président Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, de même qu'un employé de La République en marche (LREM), le parti présidentiel, Vincent Crase, ont été inculpés dimanche, notamment pour "violences en réunion", après avoir été filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai à Paris.

Le parquet indique avoir ouvert cette enquête à la suite de la diffusion d'une nouvelle vidéo montrant de présumées violences contre les policiers pour la Fête du travail, et de rapports remis jeudi par la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP). Trois fonctionnaires de la préfecture de police de Paris sont soupçonnés d'avoir participé à la remise de cette copie à Alexandre Benalla, le soir du 18 juillet, dans la foulée des révélations fracassantes du Monde.

"Il y a des gestes qui sont vigoureux, qui sont rapides, mais il n'y a aucun coup porté", déclare ce proche du président Emmanuel Macron, licencié la semaine dernière par l'Élysée (la présidence). "Des gens essaient d'engager la responsabilité du président de la République".

"En petit comité", Gérard Collomb aurait avoué qu'il valait "mieux passer pour quelqu'un d'un peu incompétent que pour un délinquant", ce qui expliquerait certains de ses propos sur l'affaire Benalla.

More news: Affaire Benalla: Macron "déterminé à ce que la vérité puisse être établie"

Selon Eric Ciotti, si l'affaire Benalla peut être "au départ" considérée comme "un fait individuel", "ce qui devient un fait collectif et une affaire d'Etat, c'est que l'Elysée essaie de dissimuler".

Le député Eric Ciotti, l'un des ténors du groupe des Républicains, a enfoncé le clou ce vendredi sur France Inter: "L'Assemblée nationale a été humiliée, a été abaissée". A l'issue d'une nouvelle audition du préfet de police de Paris Michel Delpuech, le co-rapporteur LR Guillaume Larrivé s'est dit "contraint de suspendre sa participation à ce qui n'est devenu hélas qu'une parodie".

La scène place de la Contrescarpe et ses violences n'étaient pas inédites, selon Libération ce vendredi 27 juillet.

Like this: