Published: Mar, Juillet 17, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

L’islamiste Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie

L’islamiste Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie

"Rien ne devrait s'opposer à son expulsion puisque tous savent qu'il est algérien", a-t-il ajouté, précisant avoir déposé depuis début 2017 une demande de "libération conditionnelle-expulsion" vers l'Algérie.

Considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, Djamel Beghal, 52 ans, est dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990.

Djamel Beghal, un ressortissant franco-algérien déchu de sa nationalité française, purge une peine de 10 ans de prison pour avoir participé à un projet d'évasion d'un membre du GIA, Smaïn Aït Ali Belkacem, condamné à perpétuité pour un attentat dans le RER, à Paris, en 1995. Les choses avancent, c'est un travail délicat.

Jeudi, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale a affirmé que Djamel Beghal regagnerait son pays d'origine lors de l'émission Questions d'info LCP-Le Point-AFP.

Beghal sera "traduit devant les autorités judiciaires" afin d'"être rejugé" pour les faits ayant entraîné cette condamnation, prononcée "par le tribunal criminel d'Alger le 16 février 2003", selon la même source. Après une longue procédure et d'intenses tractations diplomatiques entre Paris et Alger, les autorités consulaires algériennes semblent accepter de délivrer rapidement une autorisation d'expulsion, avec un document d'identité car les papiers d'identité de Beghal sont arrivés à expiration.

More news: Le PSG s'incline contre Chambly (4-2) pour la première de Buffon

"Il y a 10 ans, nous avions bloqué son expulsion vers l'Algérie en raison du risque de torture encouru".

Quant à l'hypothèse d'un refus de l'Algérie d'accueillir son client, il parle d'"une situation inédite": "Si l'Algérie ne veut plus de lui alors qu'il n'y a aucun doute sur sa nationalité, alors, elle fait de lui une sorte d'apatride, ce qui est contraire au droit international", fait-il valoir. Un avocat ayant déjà traité ce genre d'affaires a indiqué à l'AFP sous le couvert de l'anonymat que Djamel Beghal avait probablement été placé en garde à vue à son arrivée à Alger, pour une durée initiale de 48 heures, pouvant être étendue jusqu'à 12 jours en Algérie dans le cadre d'affaires de terrorisme. Il est devenu une référence pour trois générations d'apprentis jihadistes.

C'est à la prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, qu'il fait la connaissance des futurs auteurs des tueries de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher.

Libéré en 2009, il est assigné à résidence dans le Cantal, en attendant une possible expulsion - à laquelle s'oppose alors la CEDH. Il est à nouveau arrêté en 2010, et a passé au total une dizaine d'années à l'isolement.

Like this: