Published: Ven, Juillet 13, 2018
Médecine | By Giselle Gaudin

Mort de Naomi Musenga : "intoxication au paracétamol", selon la procureure

Mort de Naomi Musenga :

La procureur Yolande Renzi a reçu la famille de Naomi Musenga mardi 10 juillet.

"La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès", selon la procureure.

Six mois après le décès de Naomi Musenga à Strasbourg, le procureur de la République de Strasbourg va ouvrir dans les prochains jours une information judiciaire pour non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre d'appels d'urgence et toute autre personne, ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X.

Les circonstances de la mort de Naomi Musenga, le 29 décembre, juste après avoir contacté le SAMU de Strasbourg ont été révélées mercredi 11 juillet. Une diffusion d'un document sonore sur la conversation entre elles a été faite sur les réseaux sociaux.

Une pétition en ligne lancée par sa famille pour réclamer l'ouverture d'une information judiciaire avait recueilli mercredi plus de 307 000 signatures.

More news: La Croatie rejoint la France en finale | Corentin DAUTREPPE | Mondial 2018

Après le déclenchement de la polémique, le responsable du Samu de Strasbourg avait présenté sa démission et la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait indiqué qu'il n'y aurait pas d'autres sanctions. Un appel de détresse raillé par une opératrice de Strasbourg, qui, faute d'être pris au sérieux, a entraîné le décès de la jeune femme.

Elle a notamment apporté des précisions sur les causes du décès de la jeune femme.

Parallèlement à une enquête administrative confiée à l'Inspection des affaires sociales (Igas), le parquet de Strasbourg avait ouvert début mai une enquête préliminaire, mais cette procédure ne permettait pas à la famille ou à ses avocats d'accéder au dossier.

Ainsi, le procureur accède à la demande exprimée par la famille fin juin.

Like this: