Published: Mer, Juillet 04, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

Greenpeace a fait s'écraser Superman sur le site d'une centrale nucléaire

Greenpeace a fait s'écraser Superman sur le site d'une centrale nucléaire

Photos et vidéos à l'appui, Greenpeace affirme avoir fait entrer "dans la zone interdite de survol" un drone, suivi peu après par un avion radiocommandé.

Greenpeace annonce, mardi 3 juillet, avoir "transformé un drone en Superman" pour dénoncer l'absence de sûreté nucléaire. Des militants de l'ONG qui prône la sortie du nucléaire ont piloté un drone, qui est parvenu à survoler la centrale nucléaire du Bugey (Ain).

Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire auprès de l'organisation environnementale Greenpeace France, tape du poing sur la table, dans un communiqué: "Seule une protection passive des centrales nucléaires et donc la bunkerisation des piscines d'entreposage de combustible usé, permettra de sécuriser ces installations".

EDF (Electricité de France) a, de son côté, indiqué à l'AFP que deux drones avaient survolé le site dont un a été intercepté par les gendarmes.

More news: La Russie réussit l’exploit face à l’Espagne — Coupe du monde

Cet incident nourrira sûrement les discussions lors de la présentation d'un nouveau rapport d'une Commission d'enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires à l'Assemblée nationale le 5 juin.

"Le bâtiment combustible est un bâtiment important pour la sûreté, dimensionné notamment contre les agressions externes naturelles ou accidentelles, ce qui lui assure une robustesse élevée". Un des deux drones a été intercepté au sol par les forces de gendarmerie. "Le survol de drone ne constitue pas une menace vis-à-vis de la sûreté", assure encore EDF, sans rien confirmer de plus. "Il s'agit cependant d'une infraction au regard du code de la défense, qui donnera lieu au dépôt d'une plainte", a déclaré EDF à l'AFP.

Des militants de Greenpeace s'étaient déjà introduits dans les centrales de Cattenom en octobre et de Cruas en novembre, avec le même objectif.

En 2014 et 2015, des drones avaient survolé plusieurs sites nucléaires français, dont la centrale du Bugey, située à environ 25 km de Lyon, des actions non expliquées à l'époque.

Like this: