Published: Mer, Juin 13, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Sommet de Singapour: gros blanc après une blague de Donald Trump

Sommet de Singapour: gros blanc après une blague de Donald Trump

20 Minutes revient sur ce sommet historique en images.

L'activisme diplomatique de Pékin dévoile en creux ses inquiétudes: Pékin n'a cessé ces derniers mois d'insister sur le fait que la Chine n'était pas " marginalisée " sur le dossier nord-coréen, ou encore, qu'elle " ne pouvait être écartée de la signature d'un traité de paix " - la Chine est signataire de l'armistice de Panmunjom de 1953.

Tout sourire, le président américain a aussi estimé que cette "rencontre fantastique" s'était déroulée "mieux que quiconque aurait pu imaginer", permettant de faire "beaucoup de progrès". Les deux premiers points du texte, rédigé à l'issue d'un "échange d'opinion profond et sincère", sont consacrés aux relations entre les deux pays: "Les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée s'engagent à créer de nouvelles relations en accord avec le désir des peuples des deux pays à atteindre la paix et la prospérité". Voici notre sélection quotidienne réservée à nos abonnés.

Lundi 11 juin 2018 ((rezonodwes.com))-Selon les médias sud-coréens, en prévision d'un sommet historique à Singapour débutant mardi soir à 21:00 (heure de Port-au-Prince), le leader nord-coréen a invité le président américain Donald Trump à Pyongyang pour le second tour du sommet en juillet prochain. Le processus de dénucléarisation devrait "commencer très rapidement", a précisé Donald Trump. Les échanges à huis clos avec leurs équipes respectives ont ensuite duré environ une heure et demie, avant de se poursuivre de manière moins formelle lors d'un déjeuner de travail. Arrivé après Donald Trump, le dirigeant nord-coréen a souligné la ténacité dont ont su faire preuve les deux hommes pour se rencontrer.

More news: Prise d'otage à Paris: l'auteur interpellé, les otages sains et saufs

Les deux dirigeants ont été filmés au Capella Resort à Singapour, en train de s'approcher de la limousine noire blindée. Le mois dernier, Donald Trump s'était félicité de la libération de trois Américains faits prisonniers en Corée du Nord, dont un pasteur et deux employés de l'Université des sciences et de la technologie de Pyongyang. Au cœur de ce communiqué devrait se trouver deux éléments fondamentaux que Trump comme Kim ont exigé de longue date: un pacte de non-agression et la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Personnage central de ce dialogue, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo avait affirmé lundi qu'il s'agissait de "garanties de sécurité uniques, différentes" de celles proposées jusqu'ici. Possible résultat concret évoqué côté américain: un accord de principe pour mettre fin à la guerre de Corée. En 1994 puis en 2005, des accords avaient été conclus mais aucun d'entre eux n'a jamais été réellement appliqué.

La Corée du Nord a été vivement critiquée et frappée d'importantes sanctions économiques en raison du développement de son programme d'armes nucléaires et balistiques. "Je soutiens ce premier pas vers une résolution d'ensemble des questions concernant la Corée du Nord", a déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo devant la presse.

Like this: