Published: Mar, Avril 16, 2019
Divertissement | By Capucine Hennequin

Un ado menacé de mort pour une vanne sur Twitter

Un ado menacé de mort pour une vanne sur Twitter

Un internaute et adolescent, qui se présente comme "Hugo", a partagé samedi soir sur Twitter une photo de la foule au pèlerinage de La Mecque, en Arabie Saoudite, avec en commentaire "Ptdr y'a du monde à InZeBoite ".

Insultes, menaces de mort et même divulgation de l'adresse de l'établissement dans lequel il est scolarisé s'en sont suivis.

Une blague en référence à "InZeBoite", un jeu télévisé diffusé sur la chaîne Gulli où deux groupes s'affrontent lors d'une série de questions. "Les vainqueurs se frottent ensuite à la Boîte noire, un labyrinthe où ils doivent progresser dans le noir", explique le quotidien.

Une plaisanterie qui a fortement déplu à certains internautes, qui ont accusé le jeune homme de manquer de respect à la religion musulmane. Il a toutefois reçu de nombreux messages de soutien, avec le hashtag #JeSoutiensHugo.

" La France est une République laïque, où chacun peut critiquer et se moquer des religions sans être menacé de mort pour cela!, a écrit Marlène Schiappa sur Twitter".

More news: Samsung dévoile un étonnant smartphone avec caméra rotative

"Le blasphème n'existe pas".

De nombreux internautes et des membres du gouvernement ont témoigné leur soutien au jeune homme sur le réseau social. Il a aussi tenté d'appeler au calme, en relativisant la portée de son tweet, comme le relate franceinfo : "Je n'ai jamais voulu offenser quelqu'un dans ce tweet arrêtez de vouloir la violence pour rien, il y'a bien pire dans ce monde et sur Twitter".

L'adolescent a finalement décidé de supprimer son tweet. "En revanche, le cyber-harcèlement en meute est puni depuis cet été par la loi", a-t-elle déclaré.

Parmi les personnalités qui n'ont par tardé à réagir en sa faveur, figurent notamment le philosophe Raphaël Enthoven, ou encore l'ancienne journaliste Audrey Pulvar.

La police nationale a indiqué à plusieurs reprises que les enquêteurs de la plateforme Pharos avaient été saisis suite à des menaces à l'encontre d'un utilisateur de Twitter.

Like this: