Published: Dim, Avril 14, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Pyongyang convoque une réunion du parti du fait de la situation "tendue"

Pyongyang convoque une réunion du parti du fait de la situation

Si Kim Jong Un s'est bien dit prêt à une troisième rencontre avec M. Trump, il a néanmoins lié cette entrevue à la condition que Washington arrive à la table des négociations avec "la bonne attitude", a rapporté l'agence officielle KCNA, déclarant qu'il attendrait jusqu'à la fin de l'année "pour que les États-Unis prennent une décision courageuse" concernant une nouvelle réunion.

Kim s'est exprimé ainsi lors de son discours de politique à la première session de la 14e Assemblée populaire suprême (APS) ce vendredi, au lendemain de sa réélection au poste de président de la Commission des affaires d'Etat du pays (SAC). "Si c'est le cas, Kim sera celui qui représentera officiellement Pyongyang en Corée du Nord et à l'étranger".

Les Etats-Unis ont sous-entendu vouloir organiser un troisième sommet, mais ce qui s'est passé à Hanoï "n'est pas engageant" pour la RPDC, selon M. Kim.

Le dirigeant nord-coréen a ajouté que sa relation personnelle avec le président américain demeure forte, ajoutant qu'ils pouvaient "s'écrire des lettres" quand ils le voulaient. C'est pour tenter de les relancer que le président sud-coréen était à la Maison Blanche jeudi.

" S'il est remplacé par quelqu'un de plus flexible et d'esprit plus pratique, cela serait un feu vert, mais s'il reste, les pourparlers de dénucléarisation ne seront pas faciles ". Ils ne sont pas parvenus à conclure un accord sur l'abandon des programmes balistique et nucléaire nord-coréens.

More news: Pierre Palmade est libre, l'homme l'accusant de viol aurait menti

MM. Trump et Kim s'étaient rencontrés une première fois en juin 2018 à Singapour, où ils avaient signé une déclaration floue sur la " dénucléarisation de la péninsule coréenne ".

Cette déconvenue soulève des questions quant à l'avenir du processus. Lors d'une rencontre qui s'est tenue à Washington le 11 avril, Moon Jae-in et Donald Trump "se sont assurés de leur confiance mutuelle et se sont prononcés favorablement quant à la suite à donner au dialogue entre Pyongyang et Washington", résume Hankook Ilbo. Au Vietnam, le Nord avait expliqué qu'il voulait la levée des seules sanctions pesant sur les conditions de vie des Nord-Coréens.

La Corée du Nord a elle aussi pris soin de ne pas critiquer personnellement le président américain, tout en déclarant le mois dernier que les sanctions représentaient " une action contre l'humanité visant à détruire la civilisation moderne et renvoyer la société à un âge des ténèbres moyenâgeux ".

Xi Jinping a dit être prêt à travailler avec Kim Jong-un, utilisant le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques bilatérales comme une occasion de faire progresser les relations entre la Chine et la RPDC afin de procurer davantage de bénéfices aux deux pays et aux deux peuples.

Like this: