Published: Dim, Avril 14, 2019
Science | By Nathan Jegou

La sonde israélienne Bereshit s'écrase sur la Lune

La sonde israélienne Bereshit s'écrase sur la Lune

La première sonde israélienne à destination de la Lune s'est écrasée, alors qu'elle effectuait son alunissage, en raison d'une panne moteur survenue à la dernière minute, rapporte l'AFP, citant un message du centre de contrôle de la mission, basé près de Tel-Aviv.

Capture d'écran YoutubeIsraël a tenté ce jeudi 11 avril d'atteindre la lune, un essai qui a échoué, après l'écrasement à l'atterrissage de son engin spatial.

Première mondiale, la sonde a été développée par une organisation privée, SpaceIL, qui a travaillé en partenariat avec la société aérospatiale Israeli Aerospace Industries (IAI), une des plus grandes entreprises de défense israéliennes. Pour rappel, Kahn a fondé SpaceIL en 2011 puis injecté jusqu'à 40 millions de dollars dans l'entreprise, là où le projet du module lunaire a coûté environ un million de dollars.

Il devrait alunir après avoir parcouru quelque 6,5 millions de kilomètres, à une vitesse maximale de 10 kilomètres par seconde (36 000 km/h), selon les partenaires du projet. "Si vous ne réussissez pas la première fois, vous réessayez", a déclaré le premier ministre Benyamin Nétanyahou depuis la salle de contrôle, où il assistait à la tentative d'alunissage en compagnie de l'ambassadeur américain en Israël David Friedman.

More news: L'UE planche sur un nouveau report, "rien n'est acquis" prévient Macron — Brexit

La mission qui a coûtée à des investisseurs privés seulement 100 millions de dollars mais plus de quatre ans construction chez Israël Aerospace Industries et SpaceIL et un voyage de six semaines dans l'espace, visait à faire d'Israël le quatrième pays après les États-Unis, la Chine et l'Union soviétique à réussir à poser un engin sur la Lune. Au premier plan du cliché, une petite plaque affichait le drapeau israélien accompagné slogan patriotique "Am Yisrael chai" en alphabet hébraïque ("le peuple d'Israël vit") et une maxime en anglais, "Small country, big dreams" ("Un petit pays, de grands rêves").

Aucun candidat n'y est parvenu à temps, mais l'équipe israélienne a poursuivi la démarche et acheté une place dans la fusée de SpaceX. Israël espérait devenir la quatrième puissance à faire alunir un engin spatial après les États-Unis, la Russie et la Chine.

Le Japon prévoit l'envoi vers 2020-2021 d'un petit atterrisseur lunaire, baptisé SLIM, pour étudier une zone volcanique.

Like this: