Published: Mer, Avril 10, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Une nouvelle journée Marathon pour Theresa May — Brexit

Une nouvelle journée Marathon pour Theresa May — Brexit

En vue de convaincre ses homologues européens d'un report du Brexit, dont les modalités doivent encore être précisées, la Première ministre s'entretient aujourd'hui avec Angela Merkel et Emmanuel Macron.

Après avoir échoué par trois fois à faire adopter par les députés britanniques l'accord de divorce qu'elle avait conclu avec Bruxelles en novembre, faisant peser la menace d'une sortie brutale, Theresa May cherche depuis quelques jours à trouver une solution avec l'opposition travailliste susceptible de rassembler une majorité parlementaire. Paris par exemple attend un plan crédible et juge un peu "prématurée" cette demande de report.

Cette mesure est une façon de rassurer pour Theresa May, qui souhaite montrer à ses partenaires européens qu'elle est disposée à organiser les élections au Royaume-Uni. Mardi, elle rencontrera la chancelière Angela Merkel à Berlin puis le président Emmanuel Macron à Paris, tandis que l'aval de tous les dirigeants des 27 autres pays de l'UE lui est nécessaire.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a plaidé pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'à un an "maximum", dans une lettre aux 27 Etats membres qui rencontreront mercredi la Première ministre britannique Theresa May.

"Nous sommes toujours dans l'UE".

"Nous nous trouvons dans une situation très, très frustrante", car il "faut donner du temps à la partie britannique pour enfin savoir ce qu'elle veut réellement", a expliqué devant la presse le ministre allemand des Affaires européennes Michael Roth. L'Allemagne est réputée plus accommodante à l'égard de Theresa May que la France.

Plusieurs députés conservateurs ont prévenu qu'ils tenteraient d'obtenir le départ de Theresa May si le Royaume-Uni venait à participer aux élections européennes de la fin mai et était forcé de rester dans l'UE au-delà de juin, rapporte The Observer.

More news: Cavani pourrait contrarier les plans parisiens pour le mercato — PSG

Le Royaume-Uni devait initialement quitter l'UE le 29 mars, deux ans exactement après avoir activé l'article 50 du traité de Lisbonne.

Les 27 pays de l'Union européenne vont se pencher mercredi sur un deuxième report du Brexit.

La main tendue au Labour a provoqué la furie des eurosceptiques du Parti de Mme May. Prônée par le Labour, elle empêcherait Londres de mener une politique commerciale indépendante après le Brexit.

"Je n'ai pas remarqué de grand changement dans la position du gouvernement jusqu'à présent", a déclaré samedi à Plymouth le chef du Labour, Jeremy Corbyn.

Pour éviter un "no deal", scénario redouté des milieux économiques, la Chambre des Lords, chambre haute du Parlement, a entériné lundi soir un projet de loi des députés visant à obliger légalement la cheffe du gouvernement à repousser le Brexit. Elle y défendra notamment un report du Brexit jusqu'au 30 juin.

"Désormais, [les parlementaires] pourront émettre des propositions concernant la durée du report demandé", renchérit LCI.

Like this: