Published: Mer, Avril 10, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Airbus juge "totalement injustifiées" les menaces américaines — Subventions

Airbus juge

Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a commenté ce mardi lors d'une conférence de presse à Bercy les menaces de Washington de taxer certains produits européens en représailles aux subventions accordées par l'Union européenne à Airbus.

Lundi, Washington a annoncé prévoir d'instaurer des droits de douane supplémentaires sur 11,2 milliards de dollars de divers biens et services importés de l'Union européenne si cette dernière ne supprimait pas les subventions accordées à Airbus pour financer plusieurs programmes.

Donald Trump hausse le ton.

Toujours selon l'USTR, les subventions accordées par l'UE à Airbus auraient fait perdre à Boeing l'occasion de vendre plus de 300 appareils et des parts de marché dans le monde entier. "Boeing soutient le représentant américain au Commerce et son équipe dans leurs efforts en cours pour rendre équitables les règles du jeu sur le marché mondial de l'aviation", a déclaré l'avionneur américain dans un communiqué. "Il est à souhaiter que la liste préliminaire de taxes contraindra l'UE à se conformer aux précédentes décisions de l'OMC contre elle". "Depuis le début de l'affaire, Boeing s'est engagé à respecter les décisions de l'OMC, et ce taux d'imposition ne fera pas exception". Dans le cadre de celui-ci, l'Union européenne avait obtenu la mise en place, l'été dernier, d'un nouveau panel d'experts pour arbitrer ce conflit.

Les États-Unis franchissent donc une nouvelle étape dans ce conflit qui oppose Boeing, Airbus et leurs pays respectifs depuis 2005, les deux camps s'accusant mutuellement devant l'OMC de verser des subventions illégales à leur champion de l'aéronautique respectif.

More news: Emmanuel Macron "n'ira pas" à l'Assemblée de Corse où l'invitent les nationalistes

Elle comprend aussi des produits venant de toute l'UE, comme les steaks d'espadon, les filets de saumon, des fromages mais aussi des fruits, de l'huile d'olives, des vins ou encore des vêtements, des produits laitiers ou des motos.

Dès le 9 avril, des sources à la Commission européenne citées par l'agence américaine Reuters auraient déclarées: que le niveau des contre-mesures proposées par les Etats-Unis était "très exagéré", et que seul un arbitrage de l'OMC était fondé juridiquement à imposer des sanctions.

Dans le dossier concernant les aides à Boeing cette fois, l'OMC a confirmé fin mars que les Etats-Unis ne s'étaient pas pleinement conformés à sa décision de 2012 leur intimant de mettre fin aux aides illégales versées au groupe aéronautique notamment en transformant certaines en allégements fiscaux. L'administration Trump est en effet devenue coutumière des droits de douane punitifs, dont elle brandit la menace pour renégocier des traités commerciaux.

En outre, le communiqué de l'USTR intervient alors que Boeing est en pleine tourmente, en raison de la mise en cause de son avion vedette 737 MAX, dont la sécurité est en cause après deux accidents mortels.

Like this: