Published: Jeu, Mars 21, 2019
Médecine | By Giselle Gaudin

Griveaux n'exclut pas un report de l'âge de départ à la retraite

Griveaux n'exclut pas un report de l'âge de départ à la retraite

"Je suis médecin, je vois que la durée de vie augmente d'année en année, elle augmente moins vite ces dernières années mais elle a considérablement augmenté", a-t-elle ainsi expliqué, affirmant n'être "pas hostile" au fait de retarder l'âge de départ à la retraite. Certes, la suppression du numerus clausus ne répondra que "dans un moyen ou un long terme à la désertification médicale " et "non pas dans les dix ans qui viennent ", mais cela reste "une mesure de bon sens ", a répondu Agnès Buzyn. " Ce que j'ai dit, c'est que j'ai vu ces propositions remonter du grand débat".

Pour rappel, Xavier Bertrand, invité sur RTL avait, lui aussi, prôné un allongement de la durée du travail, le 14 mars. Le dossier est actuellement entre les mains du haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui doit remettre sa copie d'ici à l'été.

Quelle sera la position finale du gouvernement, alors qu'un projet de loi est attendu au Parlement après les élections européennes?

Ses propos tenus "à titre personnel" ont néanmoins fait bondir les syndicats, consultés depuis plus d'un an sur la réforme, avec la garantie que l'âge légal de 62 ans serait maintenu, conformément aux promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

Paris, le mercredi 20 mars 2019 - Le ministre de santé, Agnès Buzyn, évoquait, dimanche, sur les ondes de RTL, la possibilité de discuter d'un "allongement de la durée de travail " et d'un recul de l'âge de départ à la retraite.

Dénonçant dans un tweet la "cacophonie", le négociateur de la CFDT, Frédéric Sève, a alors réclamé "une clarification" de l'Elysée et Matignon.

More news: Google dévoile sa plateforme de cloud gaming — Stadia

Mais le vent a tourné: selon les dernières projections du Conseil d'orientation des retraites (COR), datées de juin 2018, "le solde financier du système s'établirait à -0,2% du PIB en 2022". Soit un trou dans la caisse d'environ 5 milliards d'euros.

Pour le combler, l'exécutif peut s'appuyer sur trois leviers: les cotisations, le niveau des pensions et l'âge de départ.

Mais le premier a déjà servi, avec la hausse générale de la CSG début 2018, sur laquelle le chef de l'Etat a dû faire marche arrière pour une partie des retraités, espérant ainsi calmer la fronde des "gilets jaunes". Il s'agit de la fin du "numerus clausus" pour la rentrée universitaire de 2020 et du concours, limitant le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine.

Rappelant que cette option n'était "pas [mise] sur la table aujourd'hui par le gouvernement", Agnès Buzyn affirmait toutefois qu'à "partir du moment où les Français l'évoquent [lors du grand débat], nous étudierons celle-là comme les autres".

Signe de son embarras, ce dernier se sent obligé d'afficher sa surprise et de rappeler lundi sur Twitter les engagements pris "publiquement".

Like this: