Published: Sam, Mars 16, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Crash d'Ethiopian Airlines : les boîtes noires analysées en France

Crash d'Ethiopian Airlines : les boîtes noires analysées en France

Le porte-parole a en outre écarté l'éventualité de réduire le rythme de production ou de fermer provisoirement des usines.

La compagnie Ethiopian Airlines a annoncé, jeudi 14 mars, que les boîtes noires du Boeing 737 MAX qui s'est écrasé dimanche près d'Addis Abeba, en Éthiopie, ont été envoyées en France, faute d'équipement nécessaire pour les analyser sur place.

Les boîtes noires, qui enregistrent les paramètres de vol et les conversations des cockpits, ont été endommagées dans l'accident du Boeing 737 Max, un modèle récent de Boeing, que de nombreux pays ont décidé de clouer au sol.

L'agence américaine de l'aviation (FAA) a ordonné mercredi de clouer au sol "provisoirement" les Boeing 737 MAX 8 et 9 aux Etats-Unis dans le sillage de décisions similaires des autorités de sécurité aérienne dans le monde entier.

Le BEA a diffusé jeudi une photo d'une boîte noire du Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines semblant montrer que la coque protectrice de la puce contenant les données est intacte. Washington a justifié ce choix par la collecte de "nouvelles données" satellitaires fournies par le Canada, montrant des similarités entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et celle de Lion Air.

"Break, break, demande retour à la maison", lance le commandant aux contrôleurs aériens alors qu'il tente d'éviter deux autres vols approchant l'aéroport, selon des déclarations du quotidien américain sur la base d'une personne ayant eu accès aux échanges entre l'équipage et ces contrôleurs. Ainsi cela "ne présage en rien de l'intégrité des données qu'elles contiennent", a expliqué un ancien responsable du BEA.

L'expression d'urgence "break, break" indique que l'équipage est confronté à une situation d'urgence que les pilotes n'arrivent pas à gérer.

More news: Mondial 2022: un contrat secret entre le Qatar et la FIFA?

Et si les données étaient partiellement effacées, le BEA pourrait se tourner vers le fabricant de ces enregistreurs pour les reconstituer en tout ou partie.

"Boeing garde une confiance totale en la sécurité du 737 MAX", avait assuré le groupe après l'annonce mercredi de la décision de bannir du ciel son nouvel appareil, version remotorisée de son best-seller, le Boeing 737.

L'une des hypothèses, pour expliquer ces crashs, pointe vers une défaillance du système de stabilisation en vol, destiné à éviter un décrochage de l'avion.

Le 737 MAX 8 de Lion Air s'était écrasé en octobre dernier quelques minutes après le décollage, entraînant la mort de 189 personnes.

Ces sources ont spécifié que cela ne présageait pas des causes de l'accident d'Ethiopian Airlines qui a fait dimanche 157 morts.

L'avionneur américain avait commencé à développer une solution durant les semaines suivant l'accident de Lion Air, a dit à l'AFP vendredi une des sources.

Contacté par l'AFP, Boeing n'a pas souhaité commenter.

Like this: