Published: Mer, Mars 13, 2019
Médecine | By Giselle Gaudin

Les Français dorment de moins en moins...et c'est mauvais signe

Les Français dorment de moins en moins...et c'est mauvais signe

Un constat désolant lorsqu'on sait que "le sommeil joue un rôle crucial dans l'équilibre métabolique et thermodynamique, la restauration des tissus, la réparation des blessures, la croissance, la mémoire et le tri des idées ainsi que la régulation des émotions", explique Santé Publique France dans le bulletin.

Vie connectée, coucher tardif, travail de nuit, pollution, réchauffement climatique; pour la première fois, le nombre d'heures de sommeil des Français est passé en dessous de la barre des 7 heures par nuit. Les travailleurs de nuit dorment en moyenne une heure de moins par semaine, ce qui équivaut à 40 nuits de moins par an.

L'une des causes de ce déclin "préoccupant" du temps de sommeil, qui se répand partout dans le monde, est le travail de nuit. Selon une étude de Santé publique France publiée mardi, les Français dorment en moyenne 6 heures et 42 minutes chaque nuit. Or "pour la première fois depuis que le sommeil est observé sur le plan épidémiologique en France, le temps de sommeil moyen nocturne est inférieur" à cette durée, regrettent des spécialistes dans l'une des études de ce BEH consacrée au sommeil, citée par l'AFP. Ce temps de sommeil n'atteint que 6 h 34 en semaine et lors des périodes de travail, alors qu'il est de 7 h 12 le week-end et lors des périodes de repos. Plus d'un tiers des Français dorment même moins de 6 heures. Même si l'on inclut les siestes, le temps moyen de sommeil quotidien reste inférieur aux 7 heures minimales recommandées. "Dormir moins de 6 heures réduit aussi la vigilance dans la journée, augmente l'irritabilité et perturbe les relations familiales ainsi que la qualité de vie et de travail" ajoutent-ils en notant que ce "déclin n'est pas une fatalité". ", les personnes interrogées répondent en moyenne que leur temps de sommeil idéal est de 7 h 14, soit moins que ce qu'ils dorment effectivement". Une bonne nouvelle malgré tout: l'insomnie chronique ne touche plus que 13,9 % des Français en 2017 contre 16,1 % sept ans plus tôt en 2010. Toutefois, plus d'un quart des Français parviennent toutefois à faire la sieste pour compenser cette dette.

Le manque de sommeil est-il le nouveau mal du siècle?

More news: Tennis: Djokovic veut oublier à Indian Wells son cauchemar de 2018

Les conséquences sanitaires du travail de nuit - davantage de maladies cardiovasculaires, d'accidents et pour les femmes, de risques lors de la grossesse et de cancers du sein - ont été confirmées dans un rapport de l'Anses. "Les fumeurs quotidiens, qu'ils soient peu ou fortement dépendants, sont fréquemment courts dormeurs (temps de sommeil total inférieur ou égal à 6h par 24h)", précise l'étude.

Quand on ne souffre pas d'insomnie, on peut aussi constituer des "réserves" en étendant son temps de sommeil habituel en prévision d'une période difficile (travail, examen, voyage). En outre, il faut souligner que les fumeurs quotidiens fortement dépendants sont également beaucoup plus sujets à l'insomnie.

Plusieurs suggestions sont avancées pour "redonner sa chance au sommeil".

Like this: