Published: Dim, Mars 10, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

France: les "gilets jaunes" à la recherche d'un second souffle

France: les

Sous les cris de "CRS enculés", les forces de l'ordre ont utilisé leurs canons à eau.

Ils ont interdit l'accès au parking en renversant des caddies et des pneus aux trois entrées de du magasin.

A Paris et dans les différentes régions, la mobilisation des "gilets jaunes" prévoit pour l'acte XVII de ce samedi 9 mars, proposer des actions inédites afin de regonfler les rangs, qui samedi après samedi, s'étiolent.

Sur les pancartes, des slogans dénonçant la hausse du prix du gasoil mais aussi des produits alimentaires depuis l'entrée en vigueur de la loi Alim.

Même scénario à Caen où quelques centaines de personnes se sont rassemblées dans les rues du centre-ville avec pour certains, quelques tensions avec les forces de l'ordre. À Poitiers, les manifestants rassemblés sur le parvis de Notre-Dame ont bravé l'interdiction préfectorale. Mais il a vite tourné court: dès vendredi soir, une trentaine de manifestants ont tenté d'installer quelques structures près de la tour Eiffel, mais ont rapidement été délogés par les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP. Face à sa décrue avec quelque 39.000 manifestants (dont 4000 à Paris) lors de l'acte XVI, le mouvement cherche un nouveau souffle avec des manifestations aux revendications multiples, à quelques jours de la fin du grand débat.

Cette figure des "gilets jaunes" a participé samedi matin à une action de blocage du pont d'Iena, devant la tour Eiffel, commune avec les associations Alternatiba et ANV-COP21 (Action non violente-COP21), spécialistes des mobilisations, souvent spectaculaires, sur le climat.

Sous la tour Eiffel, une cinquantaine de manifestants étaient rassemblés devant une banderole moitié jaune, moitié verte, proclamant: "Justice climatique et sociale même combat".

More news: Zidane d’accord pour revenir au Real ?

Un "flashmob géant" au terminal 1 de l'aéroport parisien de Roissy était également annoncé à la mi-journée, pour protester contre le projet de privatisation d'Aéroports de Paris.

Il est prévu que des femmes soient en tête de cortège à Lille.

Aux chasubles jaunes se sont également mêlées les chasubles rouges des syndicats et celles roses fluo des assistantes maternelles, qui protestent contre la réforme de l'assurance-chômage.

"On n'est pas entendus donc on continue", a expliqué Anne à Quimper, dans un cortège d'un millier de personnes qui s'est terminé par des affrontements. Dans la matinée, celles-ci ont saisi des boules de pétanque, des battes de baseball, un jerrycan ou encore un sabre japonais, selon la préfecture de Haute-Loire.

Samedi prochain, l'acte 18 marquera la fin du Grand Débat National lancé par Emmanuel Macron.

C'est la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier.

Like this: