Published: Ven, Mars 08, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Acrylamide : un cancérigène inquiétant dans les pommes de terre

Acrylamide : un cancérigène inquiétant dans les pommes de terre

D'après des tests effectués par le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) sur plus de 500 produits alimentaires contenant de l'acrylamide, un tiers des échantillons atteignent ou dépassent les valeurs recommandées.

En 2015, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) indiquait dans un rapport que ce composé "accroît potentiellement le risque de développement d'un cancer pour les consommateurs de tous les groupes d'âge" et "endommagent l'ADN", tout en affirmant qu'il s'agissait désormais d'une question de santé publique. Le règlement européen sur l'acrylamide est entré en application en avril 2018. Pour l'agence, "surveiller l'huile de friture ou de cuisson pour ne pas la laisser surchauffer", "ne pas faire dorer à l'excès les produits " ou encore " ne pas consommer les zones les plus brunies lors de la cuisson, qui sont les plus riches en acrylamide " pourrait réduire de façon significative le niveau de toxicité de l'Acrylamide dans le sang". Et le fait maison n'est pas épargné: les frites cuites à plus de 175°C ou le pain grillé sont aussi des sources d'acrylamide.

Et d'ajouter: "Lorsqu'on leur applique les seuils plus stricts réservés aux produits pour bébés, ce sont près de deux biscuits 'ordinaires' sur trois qui ne conviennent pas aux jeunes enfants".
Les tests montrent qu'en moyenne, les chips de carottes, betteraves ou encore panais - souvent perçues comme des alternatives plus saines - contiennent deux fois plus d'acrylamide que les versions à base de pomme de terre.

Sauf que l'acrylamide n'est pas seulement présent dans les produits industriels.

More news: L'Ajax sur un grand espoir du club — Real Madrid

Plus surprenant à première vue: le BEUC met l'accent sur les chips aux légumes, qui présenteraient des teneurs particulièrement élevées.

"Beaucoup de parents donnent à leurs jeunes enfants des biscuits ou gaufres qui sont en priorité destinés à des enfants plus âgés ou des adultes". Le Beuc réclame la fixation de limites "contraignantes" par la Commission pour "contraindre les producteurs à minimiser la présence de cette substance nocive". La Commission devrait donc proposer d'abaisser le seuil de référence d'acrylamide des biscuits classiques au niveau de celui des biscuits pour bébés. Les enfants y sont particulièrement vulnérables.

L'autre mise en garde concerne la consommation de chips aux légumes "pas aussi saines qu'elles semblent l'être".

Like this: