Published: Jeu, Mars 07, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Avec sa taxe Gafa, la France fait cavalier seul

Avec sa taxe Gafa, la France fait cavalier seul

Cette situation est une "source d'inefficacité pour les finances publiques".

"C'est une injustice inacceptable", s'est écrié Bruno Le Maire, hier mardi 5 mars, sur Radio Classique, et "totalement inefficace si on veut arriver à financer demain nos écoles, nos crèches, nos hôpitaux".

Un projet qui reprend les propositions formulées au niveau européen, mais qui n'ont pas fait consensus.

Des recettes fiscales bien moins importantes qu'annoncéesGiuseppe de Martino, président de l'association, a d'abord contesté le montant avancé par Bruno Le Maire sur ce qu'une taxation de 3 % du chiffre d'affaires, pour les entreprises qui génèrent chacune un CA annuel mondial de 750 millions d'euros (dont 25 millions d'euros en France), rapporterait.

More news: "Gilets jaunes": plus de 2.000 manifestants et des échauffourées à Lyon

Le périmètre de la taxe couvre trois activités: les publicités en ligne, la vente à des tiers des données personnelles et l'intermédiation, c'est-à-dire les plateformes qui renvoient l'internaute vers un site tiers (mais pas les ventes réalisées par une enseigne via internet sur son propre site). "Le gouvernement souhaite qu'elle s'applique rétroactivement au 1er janvier 2019". Une trentaine de groupes au total sont concernés, essentiellement des américains, chinois et britanniques. Ce rendement devrait ensuite progresser pour atteindre 650 millions en 2021, a-t-il précisé.

C'est parti pour la taxe sur les Gafa (Google-Apple-Facebook-Amazon).

L'initiative a également suscité les critiques de l'opposition, notamment à gauche. "Ne jouons pas avec les peurs des Français", a réagi de son côté Bruno Le Maire, défendant une taxe "simple et efficace".

Que pensez-vous de cette taxe, qui sera bientôt discutée dans nos assemblées parlementaires? Le ministre ajoute au passage que la taxation française sera remplacée par les règles fiscales internationales une fois que celles-ci auront été décidées. "Quant à ceux qui disent que cela va ostraciser la France par rapport au reste du monde, je rappelle que 23 Etats sur 27 y sont favorables, que six Etats européens vont le mettre en place, et que l'Australie et l'Inde, qui représentent tout de même un certain nombre de consommateurs, ont mis aussi en place une taxation du numérique".

Like this: