Published: Lun, Mars 04, 2019
Médecine | By Giselle Gaudin

Les médicaments sans ordonnance en débat

Les médicaments sans ordonnance en débat

Cette piste, qu'il portera dans le cadre du projet de loi santé, examiné à l'Assemblée nationale à partir du 18 mars, figurait dans son rapport sur les soins non programmés, remis en mai à la ministre Agnès Buzyn. Selon Franceinfo, qui révèle l'information, le député LREM de Charente va déposer un amendement dans ce sens.

Cystite ou conjonctivite survenant un dimanche: le patient pourrait demander à son pharmacien de le dépanner en médicament, en attendant de voir son médecin traitant le lundi. Ce projet sera débattu en avril à l'Assemblée nationale.

Pouvoir se faire délivrer certains médicaments sans ordonnance pour des pathologies simples, une mesure bien accueillie: "Les pharmaciens ont fait des études assez élaborées, ils sont capables de savoir ce qu'ils peuvent donner".

"Ce que nous proposons, c'est que les pharmaciens, dans des pathologies qu'on va dire bénignes ou des petites urgences, puissent délivrer un médicament qui est normalement prescrit par un médecin, type cystite, conjonctivite, petite dermatite inflammatoire", explique à Franceinfo Carine Wolf-Tahl, la présidente de l'ordre des pharmaciens, à l'origine de cette idée.

More news: Un frère de Chérif Chekatt arrêté à Strasbourg après des messages "alarmants"

Notons que c'est la seconde fois que cet élu propose un tel amendement, mais que celui-ci n'avait pas été retenu à l'automne dernier lors du vote du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Devenus légaux, ces petits arrangements pourront être encadrés par des règles strictes, en accord avec les médecins.

"L'idée c'est de développer" cette pratique en la "sécurisant", selon un protocole et "un panier de soins" définis en lien avec la Haute autorité de santé, en informant "systématiquement" le médecin traitant, a détaillé le député, sans préciser si la mesure passerait par une expérimentation, comme le prévoyait l'amendement précédent.

Du côté des médecins en revanche, la proposition suscite moins d'enthousiasme. Pour eux, le travail des pharmaciens n'est pas d'établir un diagnostic.

Like this: