Published: Dim, Mars 03, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

À quoi s'attendre pour le 16e samedi de mobilisation — Gilets jaunes

À quoi s'attendre pour le 16e samedi de mobilisation — Gilets jaunes

Un homme a été blessé au visage samedi 2 mars à Paris, "probablement" par un tir de LBD selon des sources concordantes, lors de la manifestation des "gilets jaunes", provoquant l'ouverture d'une enquête judiciaire.

Environ 2.000 personnes ont participé samedi à une manifestationà Lyon, annoncée comme régionale par les organisateurs et qui a donné lieu à quelques échauffourées avec les forces de l'ordre.

Parti du Palais de justice dans le 5e arrondissement, le cortège a grossi le long du parcours, déclaré en préfecture et respecté dans un premier temps. 16h24: Après un court arrêt sur la place du Trente Octobre, les manifestants repartent vers le centre-ville par le boulevard Thiers. 17h50: Après une première dispersion des manifestants, les forces de l'ordre ont pris place à l'angle de la place de la République et de la rue de la Préfecture. Lorsque Emmanuel Macron appelle à la raison et à la fin des manifestations, la réponse reste la même: "On est loin d'avoir gagné, au contraire en face de nous on a une tendance a monter la température, eh bien nous aussi on monte la température et on leur fait comprendre qu'on ne lâche rien", indique un "gilet jaune". Le président a déjà appelé au calme ces dernières semaines, en vain.

Cette consultation nationale de deux mois, organisée pour tenter de répondre à la colère en recueillant les doléances des Français, s'est traduite par 10.000 réunions et plus d'un million de contributions sur internet.

More news: "Les Experts : Miami", "NCIS" : mort de l'actrice Lisa Sheridan à 44 ans

A Paris, un cortège, qui avait été déclaré aux autorités, a quitté le quartier des Champs-Elysées à la mi-journée en direction de la place Denfert-Rochereau, dans le sud de la capitale.

Des organisations de forains ont également appelé à se mobiliser, avec notamment des opérations-escargots un peu partout en France, contre l'ordonnance du 19 avril 2017 qui menace, selon eux, leur profession. "On a un très grand 16 mars qui arrive, plus organisé que jamais, plus motivé que jamais avec beaucoup de régions, beaucoup de pays qui vont monter sur Paris", avait lancé Eric Drouet, dans une vidéo postée vendredi.

Une information judiciaire a par ailleurs été ouverte à Marseille après la mort à l'hôpital en décembre 2018 d'une octogénaire, touchée la veille chez elle par un tir de grenade lacrymogène en marge de manifestations. Elle est qualifiée de "mascarade" et de "campagne de communication" par de nombreux gilets jaunes. "La lutte est internationale", affirme le message de l'événement Facebook traduit en anglais et allemand.

Des sources policières ne s'attendent toutefois pas à une déferlante.

Like this: