Published: Mar, Février 19, 2019
Divertissement | By Capucine Hennequin

Son agression mise en scène — Jussie Smollett (Empire)

Son agression mise en scène — Jussie Smollett (Empire)

L'agression raciste dont s'est dit victime l'acteur américain Jussie Smolett à Chicago par des hommes ayant crié le slogan "Make America great again" a indigné le pays. Deux hommes lui auraient jeté au visage une " substance chimique inconnue " avant de lui maintenir une corde autour du cou. Selon ce que la police a alors rapporté, Jussie Smollett aurait ensuite été frappé par les deux assaillants. Il avait affirmé à la fin janvier s'être fait attaquer par deux individus lui ayant lancé des insultes raciales et homophobes.

Plus de deux semaines après les faits, néanmoins, le doute s'installe.

"Les renseignements récoltés auprès des individus interrogés par la police dans l'affaire Empire ont de fait modifié l'orientation de l'enquête", a écrit dans un communiqué un porte-parole de la police, Anthony Guglielmi.

Une version rapidement remise en cause par les forces de l'ordre.

"Les informations fournies par les médias selon lesquelles l'incident lié à l'acteur d'Empire serait un canular, une mise en scène, ne sont pas confirmées par les enquêteurs". Jussie Smollett avait été hospitalisé et avait porté plainte.

More news: États-Unis. L'ancien cardinal McCarrick, accusé d'abus sexuels, défroqué par le pape

L'agression dont Jussie Smollett s'est dit victime a provoqué de vives réactions et déclenché de nombreuses condamnations autant dans son entourage professionnel, que dans les milieux de la politique et du côté des groupes de défense des noirs et des personnes LGBT.

L'acteur quant à lui, avait exprimé son incompréhension et son indignation face aux doutes qui planent sur la version de son agression au cours de l'émission Good Morning America.

Citant une source proche de l'enquête, ABC7 ajoute que l'acteur ne s'est pas présenté pour répondre aux questions des enquêteurs le 14 février, mais s'est depuis entretenu avec la police.

"Etant donné la gravité des allégations, nous prenons cette enquête très au sérieux et la traitons comme un possible crime motivé par la haine", avait alors indiqué la police de Chicago.

Like this: