Published: Jeu, Février 14, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Renault : Carlos Ghosn saute sans parachute doré

Renault : Carlos Ghosn saute sans parachute doré

"Le Conseil a décidé à l'unanimité (.) de renoncer au bénéfice de l'engagement de non-concurrence souscrit par M. Ghosn et, en conséquence, de ne pas lui verser l'indemnité correspondante égale à deux ans de rémunération fixe et variable ", a-t-il indiqué dans un communiqué. Ces actions comprennent d'une part "une rémunération variable pour les exercices 2014 à 2017" et d'autre part "des plans d'attribution d'actions de performance pour les années 2015 à 2018", a détaillé le constructeur automobile. Au cours de la période citée, Renault a attribué 100.000 actions par an, sauf pour l'an dernier, où le groupe lui en a attribuées 80.000. Celle-ci était également soumise à une condition de présence au sein de Renault et, là encore, le Conseil a constaté à l'unanimité que cette condition n'était pas remplie, entraînant a perte des droits de Carlos Ghosn à leur acquisition définitive.

L'homme d'affaires franco-libanais-brésilien, incarcéré au Japon depuis le 19 novembre, et qui aura 65 ans en mars, pourrait par ailleurs faire valoir ses droits à la retraite. D'après Proxinvest, ils correspondent à au moins 765.000 euros par an.

Forcé de quitter son poste de PDG de Renault suite à son arrestation au Japon pour des soupçons de malversations financières chez Nissan, Carlos Ghosn va perdre jusqu'à 30 millions d'indemnités de Renault, rapporte l'agence de presse Reuters ce mercredi 13 février 2019.

"La CFE-CGC accueille positivement les décisions qui ont été prises ce jour, notamment la non-activation de la clause de non-concurrence", a réagi Bruno Azière, délégué de ce syndicat de l'encadrement, première organisation syndicale du groupe.

Carlos Ghosn en quête d'un nouvel avocat.

More news: Apex Legends, nouveau CONCURRENT de Fortnite!

Dans un bref communiqué, l'architecte de l'alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi remercie l'avocat Motonari Otsuru et ses équipes pour leur implication "durant la phase des interrogatoires", ajoutant, pour la "phase du procès (.) avoir décidé d'avoir recours aux services de maître Junichiro Hironaka".

Il s'était alors montré pessimiste sur les perspectives de libération sous caution de Carlos Ghosn avant l'ouverture de son procès, dans plusieurs mois.

Otsuru, 63 ans, avait la délicate mission de défendre l'ancien capitaine d'industrie naguère vénéré pour avoir sauvé le constructeur japonais Nissan de la faillite, et aujourd'hui vilipendé.

Vous avez aimé cet article?

Like this: