Published: Mar, Février 12, 2019
International | By Marie-Louise Baume

"Gilets jaunes" : 1200 personnes à Lille dans une manifestation calme


Un manifestant a été gravement blessé à la main samedi pendant des heurts avec les forces de l'ordre devant l'Assemblée nationale, à Paris, lors du 13e samedi de mobilisation des "Gilets jaunes", a-t-on appris de sources policières.

Des incidents ont également été notés au niveau du Champ-de-Mars où plusieurs véhicules ont été calcinés, dont une voiture Vigipirate de l'opération Sentinelle, du mobilier urbain dégradé et des agences bancaires endommagées. Elle a également fait état en début d'après-midi de 14 interpellations dans la capitale.

Après des dégradations en série de domiciles ou permanences de députés de la majorité, les violences antiparlementaires qui émaillent le mouvement des "gilets jaunes" semblent franchir un palier avec la tentative d'incendie visant la maison même du président de l'Assemblée. En cause, une grenade de désencerclement (lire aussi) lancée par les forces de l'ordre.

PARIS - Nombreuses banques et magasins vandalisés le long du cortège.

More news: Thomas Tuchel (entraîneur du PSG) : " Mardi, on va être prêts "

Au total, selon la préfecture, 39 personnes ont été interpellées à Paris, tandis que le parquet a évoqué 21 personnes placées en garde à vue. Le rassemblement, désormais hebdomadaire, a de nouveau eu lieu place de la République, en début d'après-midi.

Six gendarmes ont été conduits au CHU pour un contrôle auditif après l'explosion de pétards, sur un rond-point à l'est de la ville, où toute manifestation était interdite. Ceux ci appellent à aller tous ensemble vers Palais de Justice, et alors que des milliers de manifestants s'y dirigent, les policiers scindent le cortège en deux, laissant une toute petite partie isolée qui s'échappe par les petites rues. Les affrontements se sont terminés par l'intervention des forces de l'ordre, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes.

À Marseille: ils étaient 1 500 selon la police au plus fort de la manifestation, dans une ambiance festive avec beaucoup de musique et de déguisements et brandissant des drapeaux français ou corse. Le cortège est resté uni, lourdement encadré par la police.

Pour protester contre toute instrumentalisation, Maxime Nicolle, l'une des figures historiques des "gilets jaunes", s'est déplacé dès vendredi à la frontière italienne pour répéter que le mouvement "n'a pas de leader" et "est apolitique". À noter que la journée n'est pas encore terminée et que les forces de l'ordre tentent toujours de disperser les derniers manifestants qui se trouvent au pied de l'Arc de triomphe.

Like this: