Published: Dim, Février 10, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Tentative d'incendie au domicile du président de l'Assemblée nationale

Tentative d'incendie au domicile du président de l'Assemblée nationale

Après une tentative d'incendie volontaire au domicile de Richard Ferrand dans le Finistère, de nombreuses personnalités politiques ont exprimé leur soutien au président de l'Assemblée nationale et condamné l'agression.

"Rien ne légitime la violence ou l'intimidation à l'égard d'un élu de la République", a commenté Emmanuel Macron sur Twitter. Voici ce que l'on sait de l'enquête à l'heure actuelle.

La piste criminelle est privilégiée dans l'incendie du domicile de Richard Ferrand. L'alerte a été donnée par un voisin, vendredi vers 14 heures.

Jean-Philippe Récappé, le procureur de la République de Brest, a indiqué qu'un volet a explosé la vitre mais qu'il n'y avait pas de tag, ni de revendication qui permettrait de mettre en lien avec les gilets jaunes.

More news: Syndicats et gilets jaunes défilent dans les rues de Périgueux — PHOTOS

"Ce dernier a diffusé deux photos de son logement situé dans le Finistère". Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur s'est dit choqué d'un tel acte: "Peut-être qu'il est temps d'arrêter la violence (...) d'arrêter la mise en cause systématique des représentants de la démocratie (et) de nos forces de l'ordre", a-t-il lancé samedi matin, à quelques heures de l'acte 13 des Gilets jaunes. "Et soutien amical au Président de l'Assemblée nationale et à sa famille", a réagi le Premier ministre Édouard Philippe sur le réseau social.

Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a indiqué lui avoir adressé "un message personnel de solidarité".

Plusieurs domiciles et permanences d'élus de la majorité présidentielle ont été dégradés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes" en novembre et certains d'entre eux ont fait l'objet de menaces.

"On dépasse les bornes en mettant le feu à un domicile", a aussi dénoncé à l'AFP Christian Jacob, président des députés LR. Selon Le Parisien, "de source parlementaire, une cinquantaine de députés ont été visés ces dernières semaines", par ces actes malveillants. "Après l'attaque d'un ministère, des dégradations de permanences parlementaires, des lettres haineuses et racistes contre des députés" et ces faits visant Richard Ferrand, "jusqu'où iront-ils contre les élus?", s'interroge Sandrine Mörch (LREM).

Like this: