Published: Ven, Février 08, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Ghosn. Renault s’interroge sur le financement de son mariage à Versailles

Ghosn. Renault s’interroge sur le financement de son mariage à Versailles

Renault a pourtant signalé jeudi à la justice un fait troublant: celui qui est désormais son ancien PDG a reçu pour son "bénéfice personnel" un versement de 50.000 euros dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le château de Versailles.

S'agit-il d'un abus de bien social?

"Les éléments réunis jusqu'ici nécessitent que des vérifications supplémentaires soient menées ", a ajouté Renault.

Qu'est-il reproché précisément à Carlos Ghosn? "Le Figaro ", dans le cadre de ses investigations internes, le comité d'éthique de Renault a découvert que cette somme avait été enregistrée par le château de Versailles comme une contrepartie de leur contrat de mécénat.

En cause, le financement de la salle du Grand Trianon utilisé par Carlos Ghosn pour célébrer son second mariage le 8 octobre 2016. Une cérémonie sous le signe du faste rappelle Le Figaro avec des "costumes d'époque" et "des invités venant du monde entier". Si Renault décidait de signaler les faits, ce serait la première fois que le groupe automobile dénoncerait son ancien PDG depuis que celui-ci a été arrêté au Japon en novembre dernier. Pour cette cérémonie, le patron avait tout simplement loué le Grand Trianon du château de Versailles, un lieu très prestigieux.

More news: La Commission dit non à l'"Airbus du rail" — Alstom-Siemens

Selon le quotidien, c'est à cette date que le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a célébré son mariage avec son épouse Carole, à Versailles.

Or, une facture de la société organisatrice indique que le mariage a été "offert par Versailles", rendant la situation encore plus difficile à interpréter.

Le constructeur français a décidé de transmettre à la justice ces informations découvertes dans le cadre de vérifications lancées après l'arrestation de son ex-PDG le 19 novembre au Japon pour des soupçons de malversations financières en tant que président de Nissan. Jusqu'à présent, elles n'avaient mis en évidence aucun manquement attribuable au bâtisseur de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi.

Carlos Ghosn, qui était a la tête de Renault depuis 2005, a démissionné de son poste fin janvier.

Like this: