Published: Jeu, Février 07, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Grève générale du 5 février : deux manifestations prévues à Bayonne

Grève générale du 5 février : deux manifestations prévues à Bayonne

Si le dialogue la semaine passée entre ces derniers et la CGT a été compliqué, sur le terrain, cela a été visiblement plus simple. Il a révisé son discours lorsque les revendications des " gilets jaunes " se sont élargies à la hausse du salaire minimum, la " justice fiscale " ou davantage de services publics.

Outre les revendications sociales, certains viendront pour défendre "la liberté de manifester".

- Le premier est programmé ce mardi matin à partir de 10 heures au port de Bayonne, relayé par la CGT et où doivent s'y associer des gilets jaunes.

Les revendications sont nombreuses: hausse des salaires, justice fiscale, opposition à la réforme du lycée ou à l'augmentation des frais d'inscription des étudiants étrangers, droit de manifester et défense du service public.

Nicolas, technicien du spectacle de 42 ans, est venu manifester pour la première fois cette année, car le samedi il travaille. "Mais à un moment, il faut se mettre dans la rue, de toute façon on n'a pas d'autre choix et même en étant dans la rue, on n'est pas entendu", a-t-il expliqué à l'AFP. L'appel à la grève, lui, semble avoir été peu suivi dans l'Education et les transports.

More news: Le Xbox Live pourrait arriver sur Nintendo Switch

En novembre, le numéro un de la CGT avait refusé tout lien avec ce mouvement à cause de son discours anti-fiscal et craignant des risques de récupération par l'extrême droite. "Quelques jours après, on a vu des revendications sociales".

"Au début, il y a eu de la méfiance de part et d'autre". Ce mouvement intersyndical (CGT, FSU, FO, Unef et FIDL) a été rejoint par les Gilets jaunes en tête de cortège.

La question de leur affluence ce mardi reste toutefois ouverte, car jusqu'à présent, en dehors de quelques très rares initiatives communes, notamment à Toulouse (sud-ouest) ou dans la capitale, les convergences ont tourné court.

En fin de parcours, la CGT a encouragé les manifestants à poursuivre cette journée d'action, en se rendant à Montmarault, pour un rassemblement départemental prévu à 14 h 30, avec une distribution de tracts programmée au rond-point et à la gare de péage. Hésitant à rejoindre le mouvement, la CFDT s'est finalement désistée. Lors de la précédente mobilisation, le 14 décembre, la CGT avait dénombré 15.000 manifestants à Paris, la préfecture de police en comptant 6.000.

Like this: