Published: Ven, Février 01, 2019
Science | By Nathan Jegou

Apple bloque une application de Facebook qui espionne les utilisateurs

Apple bloque une application de Facebook qui espionne les utilisateurs

La firme s'est également excusée d'avoir enfreint le règlement d'Apple.

La nouvelle a été largement commentée dans la presse aujourd'hui.

Lorsque l'application a été lancée, les utilisateurs devaient avoir au moins 13 ans pour se servir de Screenwise Meter, mais cette limite a depuis été établie à 18 ans et plus, rapporte TechCrunch. Une mine d'or pour les équipes de "recherche" du réseau social.

More news: Marcelo vers la Juventus ? Maja arrive à Bordeaux !

On peut évidemment avoir un avis personnel sur les motivations de Facebook à opter pour une telle stratégie. Google profite aussi de l'occasion pour se payer Facebook, en précisant que la participation au programme est volontaire et surtout que l'entreprise est totalement claire sur le but avoué de l'opération. Mais la sanction d'Apple ne s'arrête pas là. Apple, cité par le site spécialisé, estime que ce programme violait ses règles d'utilisation.

" Nous avons conçu notre programme de développeur pour entreprise uniquement pour la distribution interne d'applications au sein d'une organisation".

Facebook a une nouvelle fois provoqué un scandale lorsqu'il a été dévoilé que le réseau social pouvait rémunérer des utilisateurs (dont des mineurs) contre un accès total à leurs smartphones. Google se défend en disant que cette application a toujours été basée sur le volontariat et qu'ils n'ont pas récupéré de données sans l'accord de leurs utilisateurs. C'est ce que nous faisons, dans le cas présent, pour protéger nos utilisateurs et leurs données. Facebook n'est pas le seul à avoir utilisé ce genre de technique. Ces derniers pouvaient être rémunérés jusqu'à 20 $ / mois pour installer l'application Facebook Research, qui surveillait leurs activités téléphoniques et Web pour les communiquer à Facebook. En revanche, les développeurs de l'entreprise ne peuvent plus proposer d'applications privées aux salariés (non-publiées sur l'App Store). Le tout est chapeauté par le programme Google Opinion Rewards qui va au-delà des appareils iOS, puisqu'il s'agit de suivre à la trace le routeur internet, le PC ou encore la télé connectée de la maison. Sont concernées, les versions bêta (ou bien plus précoces) de Facebook, Instagram, Messenger, mais aussi d'autres applications utilisées pour faciliter la vie des employés au quotidien: transport, restauration, etc. Facebook serait en pourparlers avec Apple pour rétablir l'usage de ces applications mobiles. Cette affaire a clairement fait monter d'un cran les tensions entre les deux entreprises et tombe relativement mal pour Facebook, qui présente ses résultats annuels ce soir.

Like this: