Published: Jeu, Janvier 31, 2019
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Alimentation: ces produits dont le prix va flamber

Alimentation: ces produits dont le prix va flamber

La loi Agriculture et alimentation, qui ambitionne de rééquilibrer les relations entre agriculteurs, industriels et distributeurs pour assurer aux premiers un revenu "digne", a été adoptée en octobre.

Pots de Nutella, yaourts Danone, conserves Cassegrain ou bouteilles de Ricard. Au 1er février, les supermarchés ne pourront donc plus vendre à perte les produits d'appel, souvent en promotion pour attirer les clients.

La raison? Le relèvement à 10% du "seuil de revente à perte", imposé par la récente loi Alimentation. Ils prévoient d'instaurer de nouveaux avantages sur la carte fidélité ou une baisse des prix sur les marques distributeur (MDD). Il évoque une hausse sur 4% de la totalité des produits vendus. Crédits: Shutterstock / Ivan SvyatkovskyDans un hypermarché, sur un catalogue de 25 000 produits, ce serait près de 1 000 produits qui verraient leurs tarifs augmenter. " En effet, si la loi prévoit d'augmenter les marges de la grande distribution, elle "n'organise pas le fait que les distributeurs doivent acheter plus cher leurs produits aux agriculteurs. Ce que je demande aux grandes surfaces, c'est de trouver moyen de répartir les marges différemment, de répartir les choses mieux, l'objectif est que les produits agricoles soient vendus à leur juste valeur", a précise Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture".

More news: Officiel : C'est bouclé, Gelson Martins signe à l'AS Monaco !

Pourtant, selon Mathieu Escot, responsable des études à l'association de consommateurs UFC (Union fédérale des consommateurs), cette loi "reste très théorique et ne dit pas comment faire pour augmenter les marges des agriculteurs". "Ce sur quoi tous les acteurs économiques, sauf Leclerc, se sont mis d'accord, c'est qu'il faut changer le système, de façon à ce qu'on revienne à des prix normaux, et que ça permette d'améliorer le sort des agriculteurs". Le politique nous fait augmenter les prix.

Voici une nouvelle dont se passeraient bien les consommateurs en ce début d'année, alors que le manque de pouvoir d'achat est au cœur de la crise des Gilets jaunes.

Selon le journal Les Echos, les prix alimentaires augmenteront en moyenne de 1,3% tandis que les produits " stars " verront leurs étiquettes prendre de 5 à 6%.

Like this: