Published: Mer, Janvier 30, 2019
International | By Marie-Louise Baume

18 morts dans un attentat contre la cathédrale de Jolo — Philippines

18 morts dans un attentat contre la cathédrale de Jolo — Philippines

La population musulmane du sud des Philippines espère maintenant un meilleur développement de leur région, mais aussi la paix.

Au moins 18 personnes ont péri dimanche dans un double attentat contre la cathédrale de Jolo, sur une île du sud des Philippines qui demeure un bastion de militants islamistes.

Cette attaque, revendiquée par l'Etat islamique, a eu lieu lors d'une messe.

Des photos diffusées par l'armée montrent les portes et les fenêtres de la cathédrales pulvérisées, ses bancs retournés. "Il y avait des informations persistantes selon lesquelles ils allaient lancer des représailles", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée régionale, le lieutenant-colonel Gerry Besana.

Le secrétaire de la défense Delfin N. Lorenzana a condamné cet attentat à la bombe; "un acte terroriste" et promis poursuivre jusqu'au bout du monde, les cruels acteurs de ce crime ignoble jusqu'à ce que les malfaiteurs soient poursuivis devant la justice. Le pape François a condamné l'attaque durant un discours depuis le Panama, rappelant que ce n'est pas la première fois que l'Église catholique des Philippines est la cible d'attentats.

More news: Bataclan. L’œuvre de Banksy en hommage aux victimes a été volée

Dans un communiqué, le groupe terroriste Daesh a affirmé que deux de ses kamikazes s'étaient fait exploser à l'intérieur de l'église et dans le parking à l'extérieur, selon le Centre américain spécialisé dans la surveillance de la mouvance djihadiste. Cette seconde bombe se trouvait dans le coffre d'une moto garée à l'extérieur de l'édifice.

Dans un premier temps, les autorités avaient avancé la piste du groupe islamiste local Abou Sayyaf.

Des mouvements islamistes armés et notamment le groupe Abou Sayyaf sont actifs dans l'ouest de l'île de Mindanao ainsi que dans l'île de Basilian, le sud de l'île de Palawan et l'archipel de Sulu et la province de Tawi-Tawi. Abou Sayyaf est également accusée d'être à l'origine de plusieurs attentats dans l'archipel, en particulier d'une attaque contre un ferry qui avait fait plus de 100 morts en 2004.

Cet attentat survient quelques jours après la création de la région autonome de Bangsamoro - dont Jolo fait partie - validée par référendum, lundi 21 janvier. Cette insurrection a fait 150'000 morts. L'île de Jolo est un des principaux bastions d'Abou Sayyaf.

Like this: