Published: Mar, Janvier 29, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Un détenu en fuite après l'attaque de son escorte — Tarascon

Un détenu en fuite après l'attaque de son escorte — Tarascon

Il est parvenu avec ses complices à prendre la fuite. Le détenu qui s'est évadé est un "délinquant d'habitude", qui devait être conduit dans la matinée devant un juge d'instruction "

Le détenu qui s'est évadé est un "délinquant d'habitude", qui devait être conduit dans la matinée devant un juge d'instruction",
a ajouté le magistrat. Deux complices ont tiré sur la fourgonnette qui le transportait. Face à eux, trois agents de l'administration pénitentiaire escortaient le détenu.

Les assaillants ont porté des "coups violents" au personnel pénitentiaire, et ont tiré plusieurs coups de feu devant le Palais de justice sans faire de blessés, d'après le procureur de la République de Tarascon, Patrick Desjardins, cité par l'AFP. Ils se sont attaqués à l'un des agents qui, sorti du véhicule afin de sonner à l'entrer du tribunal, se trouvait seul.

Un commando " lourdement armé " à " visage couvert " est à l'origine de cette spectaculaire évasion a précisé le parquet.

Selon Midi Libre, "des coups de feu ont alors été tirés et 11 traces d'impact auraient été retrouvées, sans que personne ne soit touché". Quant à la dernière surveillante, elle est très choquée psychologiquement. Le prisonnier a par la suite pris la fuite avec ses trois comparses dans le même véhicule blanc.

More news: Sa victime présumée sort du silence — Affaire Chris Brown

Sur les 14 mentions de son casier judiciaire, "il y avait des faits parfois bénins, mais aussi du trafic de stupéfiants, et il était sans doute en train de monter en puissance", a précisé le procureur, ajoutant: "Quelqu'un qui est capable de mobiliser une équipe dont l'un des membres est équipé d'un fusil d'assaut, on est dans le haut du spectre de la délinquance".

2 Comment cette évasion a-t-elle été "préparée"? "Un moment extrêmement sensible, où le niveau d'escorte choisi n'est souvent pas forcément en adéquation avec le profil du prisonnier, expliquait au Figaro Christophe Dorangeville, secrétaire général CGT pénitentiaire".

A la prison de Béziers. C'était donc quelqu'un de dangereux et déterminé. Le détenu n'était amené que par trois gardiens, sans escorte supplémentaire.

"Ce détenu était monté en puissance au regard de ses mises en examen", a aussi affirmé ce lundi Patrick Desjardins, qui précise que l'homme n'était pas "identifié comme à surveiller particulièrement" (DPS). La scène a été filmée et les enquêteurs spécialisés de la police judiciaire de Marseille ont été saisis de l'enquête, pour tenter de les interpeller, et un "plan de recherches" a été déclenché, impliquant notamment les gendarmes des compagnies voisines.

Like this: