Published: Sam, Janvier 26, 2019
Médecine | By Giselle Gaudin

Quels sont les risques région par région — Cancer

Quels sont les risques région par région — Cancer

Les cas de cancers de l'utérus sont également surreprésentés dans le Grand Est, les cas de cancers du poumon plus nombreux en Corse, et la mortalité due à un cancer de la prostate est plus importante dans la région Centre.

C'est une première. L'organisme Santé Publique France publie une étude sur des estimations d'incidence et de mortalité à une échelle régionale et départementale pour 24 cancers en France. Le nombre de cas de cancers de l'œsophage, du foie et des testicules est également plus important dans cette partie du territoire. Après l'analyse de ses données, les experts estiment que la: " situation globale (y) estfavorable chez les hommes et chez les femmes par rapport à la France métropolitaine".

La région des Hauts-de-France présente l'incidence (le nombre de déclarations de la maladie) la plus élevée des régions de France chez l'homme et se trouve en deuxième position derrière Provence-Alpes-Côte d'Azur chez la femme. La Bretagne et les Hauts-de-France sont nettement défavorisés en la matière.

Globalement, "les contrastes (entre les régions, voire les départements) sont plus prononcés en termes de mortalité que d'incidence", explique à l'AFP Florence de Maria, responsable de l'unité cancers à Santé publique France (SpFrance). Cette région connaît "des niveaux d'incidence et de mortalité parmi les plus bas de France métropolitaine pour des cancers qui partagent le tabac et/ou l'alcool comme facteur de risque: poumon, œsophage, larynx et lèvre-bouche-pharynx". "Ce qu'on sait de ces cancers, par exemple de la bouche, du pharynx, de l'oesophage, de l'estomac et du poumon, c'est qu'ils sont favorisés par des consommations de tabac et d'alcool".

More news: Le nombre de demandeurs d'emploi en baisse de 0,8 % au quatrième trimestre

Rapport de cause à effet avec le mode de vie?

En Bretagne, une autre localisation est concernée: le mélanome de la peau présente une surmortalité pour les deux sexes de 20% par rapport à la moyenne nationale.

On savait déjà qu'en France, plus de 4 nouveaux cas de cancers sur 10 chez les adultes de 30 ans et plus sont attribuables au mode de vie. Cette cartographie est le fruit d'une collaboration entre Santé publique France, le réseau français des registres des cancers (réseau Francim), les Hospices civils de Lyon et l'Institut national du cancer (INCa). Le nombre de décès est en moyenne de 152.000 par an (89.000 chez les hommes et 63.000 chez les femmes).

Like this: