Published: Lun, Janvier 14, 2019
Divertissement | By Capucine Hennequin

Gilets jaunes: des journalistes violentés samedi

Gilets jaunes: des journalistes violentés samedi

On y voit l'agent être entouré, mis à terre puis frappé à de multiples reprises par plusieurs personnes, dont certaines portant un gilet jaune. Blessé, l'un d'entre eux a dû être transporté à l'hôpital.

Franck Paillanave dit avoir été soigné pour une blessure à la jambe et remercie les "gilets jaunes" qui "sont vite intervenus" pour l'aider. Une plainte a été déposée.

A Toulon, dans le Var, deux journalistes vidéo de l'AFP ont été menacés alors qu'ils filmaient des échauffourées, avant de trouver refuge dans un restaurant. Dabord pris à partie par un jeune homme sans gilet jaune, ils ont été poursuivis par une dizaine de personnes et ont reçu "des claques dans le dos, dans la caméra" et un "coup de pied (.) dans la hanche", a raconté lun deux.

Climat tendu également à Toulouse (Haute-Garonne). Dénonçant les attaques contre les policiers, les commerces, les élus et les journalistes, elle appelait une réaction sans que l'on comprenne très bien de quelle sorte.

En fin d'après-midi, le cortège était éclaté mais quelques groupes de gilets jaunes poursuivaient leur ronde dans le centre-ville, suivi de près par les forces de l'ordre qui cherchaient systématiquement à les disperser à coups de gaz et de flashball.

More news: Saoudienne menacée d'expulsion en Thaïlande: vers un probable asile en Australie

" Les journalistes de LCI agressés par les gilets jaunes sont responsables de ce qu'ils subissent", a écrit samedi l'ancienne ministre Noëlle Lenoir sur Twitter.

Largement condamnée par des journalistes et une partie de la classe politique, l'ex-présidente du comité d'éthique de Radio France a tenté de préciser ses propos, sans exprimer de regrets.

D'après le quotidien régional, les journalistes étaient accompagnés de deux agents de sécurité, par précaution.

À Marseille, la tension est brièvement montée, au début de la manifestation, quand une dizaine de gilets jaunes ont empêché de travailler une journaliste vidéo de France 3 et deux photographes locaux, les contraignant à s'éloigner, en insultant "les journalistes, qui ne font que mentir". "La seule info, c'est sur les réseaux sociaux", criait la "gilet jaune" à l'origine de l'incident.

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire.

Like this: