Published: Lun, Janvier 14, 2019
International | By Marie-Louise Baume

À Bourges, les "gilets jaunes" ont massivement répondu à l'appel

À Bourges, les

À trois jours du débat national, la colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas.

D'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, il y aurait 32.000 manifestants dans toute la France dont 8.000 rien qu'à Paris. Ces "gilets jaunes" sont restés insensibles aux concessions annoncées par M. Macron mi-décembre.

Les appels à manifester dans le centre de la France sont l'une des nouveautés de l'acte 9 des " gilets jaunes ". Les horodateurs et le mobilier urbain ont été démontés, et les banques ont protégé leurs façades avec des vantaux de contreplaqué.

"Ceux qui appellent aux manifestations demain savent qu'il y aura de la violence et donc ils ont leur part de responsabilité", déclarait vendredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, interviewé sur Facebook par Brut, un média plébiscité par les "gilets jaunes".

Alors que certaines sources policières avaient prévu le rassemblement de 2 000 et 3 000 personnes, ces prévisions ont été dépassées. Environ 5000 personnes ont choisi de suivre l'itinéraire autorisé par les autorités quand d'autres, près de 400, tentaient de contourner le dispositif policier pour pénétrer le cœur historique de Bourges.

A Bordeaux, 6.000 personnes ont manifesté selon la préfecture, un peu plus que la semaine passée (4.600), derrière une grande banderole proclamant "Unis, le changement est possible".

La manifestation s'est conclue par des heurts avec les forces de l'ordre. Parmi elles, 108 ont été placées en garde à vue, a précisé le parquet de Paris dans un bilan communiqué à 21H00. ", cette manifestation a été relayée notamment par Eric Drouet, l'une des figures du mouvement qui a commencé il y a deux mois".

Ce nouveau samedi de manifestations, qui pourraient se focaliser sur Paris et Bourges, aura valeur de test pour l'exécutif français. Une partie du cortège s'est alors dispersé, certains manifestants ont rallié les alentours de la place du Capitole.

More news: Gilets jaunes : les images chocs de l’intrusion au ministère de Benjamin Griveaux

- À Paris, les premiers heurts émaillent la manifestation dans le secteur des Champs-Élysées et autour de l'arc de Triomphe, a constaté un journaliste de l'AFP. C'est là, dans la rue Moyenne, que les premières échauffourées éclatent peu après 14h. Les forces de l'ordre ont déclenché des tirs de nombreuses grenades lacrymogènes.

Au total, 9 individus ont été interpellés dans la journée.

Des rassemblements se sont tenus dans d'autres villes de France. À Rouen, la manifestation réunissant 2 500 personnes a été émaillée de tirs de gaz lacrymogènes en début de manifestation.

A Nantes, environ 2.600 personnes, selon la police, ont défilé et sept personnes ont été interpellés pour port d'arme, dégradations et jets de projectiles. À Paris, le préfet de police Michel Delpuech s'attend, lui, à "plus de radicalité".

Le niveau de mobilisation des forces de l'ordre a retrouvé son niveau de la mi-décembre avec 80.000 forces de l'ordre déployées, dont 5.000 à Paris.

A Paris, le cortège des "gilets jaunes" a défilé dans le calme, encadré par un service d'ordre, les rues résonnant des habituels "Macron démission".

Tout au long de la semaine, les autorités ont pronostiqué une mobilisation en hausse et ont alerté sur des risques de débordements à Paris comme en province.

Like this: