Published: Mar, Janvier 08, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Gilets jaunes : les images chocs de l’intrusion au ministère de Benjamin Griveaux

Gilets jaunes : les images chocs de l’intrusion au ministère de Benjamin Griveaux

"Ce n'est pas moi qui suis visé, c'est la République", par "ceux qui souhaitent l'insurrection, renverser le gouvernement", mais "la République tient debout", a souligné Benjamin Griveaux auprès de l'AFP.

Ce cliché postés par des confrères sur Twitter montrent la porte endommagée du ministère des Relations avec le Parlement, où se trouvent les bureaux du porte-parole du gouvernementUne vidéo publiée par BFMTV retrace également l'attaque.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, à la sortie du conseil des ministres.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a dû être évacué samedi de son bureau après l'intrusion de manifestants violents dans la cour de son secrétariat d'État situé rue de Grenelle, non loin de l'Assemblée nationale. Selon Le Parisien , une quinzaine de personnes, certaines vêtues de noirs, d'autres avec un gilet jaune, ont fait irruption dans la cour du bâtiment après avoir défoncé la grille à l'aide d'un engin de chantier.

"Ce n'est pas moi qui ai été attaqué, c'est la République" et "la maison de France", a réagi Benjamin Griveaux. Il a été évacué par les services de sécurité.

Le parquet de Paris a indiqué qu'il avait ouvert une enquête confiée au 3 district de police judiciaire.

More news: Enfin des images du prochain "Game of Thrones"!

Selon l'insoumis Juan Branco, ex-avocat de Jean-Luc Mélenchon, qui dit avoir été aux côtés des auteurs, ces manifestants étaient des "gilets jaunes lambda" qui, "à la violence du gouvernement", ont "répondu en investissant le lieu censé porter leurs mots".

L'intrusion de samedi a déclenché de vives réactions au sein de la majorité.

Ce 5 janvier, le huitième samedi consécutif des manifestations des Gilets jaunes s'est révélé dur.

"Après les " réponses concrètes et rapides " apportées par l'exécutif aux revendications sur le pouvoir d'achat, " ceux qui restent mobilisés " sont désormais engagés " dans un combat politique pour contester la légitimité du gouvernement et du président de la République", a déploré M. Griveaux. "Derrière les fonctions, il y a aussi un humain, père de jeunes enfants. où est la fraternité?"

Plus de peur que de mal pour Benjamin Griveaux.

Like this: