Published: Jeu, Janvier 03, 2019
International | By Marie-Louise Baume

Ce que dit l'épisode de Netflix censuré par l'Arabie saoudite

Ce que dit l'épisode de Netflix censuré par l'Arabie saoudite

Une remise en question qui a déplu au régime saoudien, qui a réclamé à Netflix, qui diffuse la série, de retirer des écrans du pays l'épisode très critique vis-à-vis du royaume, révèle le Financial Times mardi. Issu du Daily Show, Minhaj en a gardé le ton pour commenter sur un mode humoristique des sujets d'actualités. Le géant du streaming vidéo a retiré de sa plateforme un épisode de l'émission " Patriot Act with Hasan Minhaj " évoquant l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, l'autoritarisme du prince Mohammed ben Salmane, l'intervention militaire saoudienne au Yémen et les investissements de Riyad dans le secteur de la tech américaine. Et parmi ces sujets figure en bonne place l'Arabie Saoudite, qui se voit consacrer un segment complet dans le deuxième épisode du show, mis en ligne le 28 octobre dernier par la plateforme. " Il y a des gens en Arabie Saoudite qui luttent pour de vraies réformes mais MBS - le surnom du prince héritier (ndlr) - n'est pas l'un d'eux ". "MBS n'est pas en train de moderniser l'Arabie Saoudite".

Selon le Financial Times, Netflix a confirmé le retrait de l'épisode dans la monarchie, expliquant que la commission saoudienne des communications et des technologies de l'information en avait fait la requête.

More news: Michelle Obama, la femme la plus admirée aux États-Unis | États-Unis

"Ce serait le bon moment pour réévaluer notre relation avec l'Arabie saoudite", affirme Hasan Minhaj, comédien et humoriste américain, en préambule de l'épisode.

Selon Netflix, cet article stipule que " la production, préparation, transmission ou conservation de matériel qui empiète sur l'ordre public, les valeurs religieuses, les moeurs publiques et la vie privée, via le réseau télévisé ou informatique", est un crime passible de cinq ans de prison et d'une amende n'excédant pas trois millions de riyals saoudiens (800 000 dollars). Quant à l'épisode incriminé, ses vingt minutes consacrées à MBS sont toujours visibles en ligne, sur YouTube. Une position " scandaleuse " selon la journaliste Karen Attiah, qui travaillait avec Khashoggi au Washington Post.

Like this: