Published: Mar, Janvier 01, 2019
Divertissement | By Capucine Hennequin

Macron en quête de mots pour reconquérir l'opinion — Voeux

Macron en quête de mots pour reconquérir l'opinion — Voeux

Seize minutes de discours, debout.

Les réactions n'ont pas tardé sur Twitter aussitôt les voeux du président de la République diffusés.

Alors que la France est en proie à la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron adresse ce lundi soir ses vœux aux Français et s'exprime sur ce qui attend le pays au cours de l'année qui débutera dans quelques heures.

"L'année 2018 ne nous a pas épargnés en émotions intenses de toute nature", a-t-il d'ailleurs commencé.

Il est ensuite revenu sur le "grand débat national", qui devra avoir lieu prochainement entre les représentants de l'Etat et des citoyens: "ce débat doit nous permettre de parler vrai".

Il a formé trois voeux pour 2019, de vérité, de dignité et d'espoir. "On ne bâtit rien sur des mensonges ou des ambiguïtés", a-t-il affirmé.

"Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n'existent pas, où il faudrait dépenser toujours davantage". "Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux".

More news: Samir Nasri retrouve un club en Premier League — Officiel

Deuxième voeu, celui de la dignité. Emmanuel Macron a ensuite pris pour cible ceux de ses adversaires qui n'ont pas respecté l'"ordre républicain". "Car ce soir Emmanuel Macron a posé plus de questions qu'il n'a apporté de réponse" (Tweet). "Cela suppose d'assurer à chacun les droits dans la société et attendre de lui les devoirs qui sont les siens". Cela passe par le respect, le sens de l'effort et le travail.

Enfin, Emmanuel Macron a fait un vœu d'"espoir". Ce que nous voulons, c'est retrouver la maîtrise de notre quotidien et de notre destin.

"Or depuis des années nous nous sommes installés dans un déni parfois flagrant de réalité: on ne peut pas travailler moins et gagner plus, baisser nos impôts et accroître nos dépenses, ne rien changer à nos habitudes et respirer un air plus pur", a-t-il poursuivi.

Visant sans les nommer les partis extrêmes et certaines actions et prises de parole en marge du mouvement des "Gilets jaunes", Emmanuel Macron a rappelé les règles de la démocratie et de l'Etat de droit.

Plus de 23 millions de personnes avaient en revanche regardé son allocution du 10 décembre - un record pour une intervention politique -, lorsque, pressé par les revendications des Gilets jaunes, le chef de l'État a promis 10 milliards d'euros d'aides en faveur du pouvoir d'achat. "Telle est à mes yeux la leçon de 2018".

Mais "que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (.) et n'étant en fait que les porte-voix d'une foule haineuse, s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c'est tout simplement la négation de la France", a-t-il dénoncé.

Like this: