Published: Lun, Décembre 31, 2018
International | By Marie-Louise Baume

La justice belge ordonne le rapatriement de six enfants de djihadistes

La justice belge ordonne le rapatriement de six enfants de djihadistes

La justice belge a ordonné mercredi à l'Etat d'organiser le rapatriement de six enfants belges de combattants djihadistes qui sont actuellement retenus avec leurs mères dans un camp de réfugiés contrôlé par les autorités kurdes en Syrie.

"C'est une très bonne nouvelle, c'est la première fois que la justice se prononce en ce sens", a réagi Bernard De Vos, délégué général aux droits de l'enfant.

Le verdict rendu par un juge belge donne 40 jours au gouvernement pour prendre toute les mesures nécessaires et possibles afin de garantir leur retour en Belgique, sous peine d'une astreinte de 5.000 euros par jour et par enfant, plafonnée à un million d'euros, précise le quotidien De Tijd.

More news: Un humoriste victime de racisme en plein spectacle (vidéo)

Le camp de déplacés d'Al-Hol (Syrie), où sont retenus les enfants et leurs mères qui ont fait l'objet de la décision de justice belge, le 8 décembre.

La décision fait suite à une procédure introduite en référé par l'avocat Walter Damen contre l'État belge, qui avait été examinée fin novembre dernier. "Cette décision pourra faire jurisprudence pour d'autres parents", a salué Me Alexis Deswaef, président d'honneur de la Ligue des droits humains de Belgique. Selon Anouk Devenyns, porte parole du tribunal belge, "il y a des experts, des chercheurs dans les camps, des journalistes également qui ont constaté la situation d'urgence dans laquelle se trouvaient les mères et leurs enfants". Concrètement, il incombe aux autorités de nouer les contacts avec les pouvoirs locaux via leur personnel diplomatique pour obtenir et fournir aux intéressés les documents de voyage et d'identité nécessaires. Depuis le début du conflit syrien en 2011, la Belgique a été, avec la France, un des tout premiers pourvoyeurs de combattants étrangers pour le jihad. Plus de 400 départs d'adultes depuis 2012, dont environ 150 seraient encore des combattants "actifs" sur place malgré les défaites successives de Daesh, ont été recensés par les autorités belges. Une procédure similaire avait déjà été rejetée jusqu'en appel, les juges ayant statué que la Belgique n'était pas compétente en Syrie et que notre pays ne pouvait être tenu de les rapatrier.

Les deux femmes, parties à 20 ans avec leurs époux, morts en Syrie en 2014, ont déclaré être prêtres à payer " leur faute", l'important " c'est que (les) enfants soient en sécurité et aillent à l'école ".

Like this: